La science pour les nous en vacances

 

chez od et moi SUNBURN-640x468
Photo d’illustration

« On ne les voit pas, on ne les sent pas, mais ils pénètrent plus ou moins profondément dans la peau ! »

Punaise ça fout les jetons de copier/coller !!!

Bon, je reprends la main. Alors, de quoi t‘est-ce qu’on cause ?

Et bien Mesdames et des Messieurs, nous allons, en toute anarchie, tels des poches ou des cloques de bistrot, ramener notre science sur les coups de soleil.

Pourquoi ?

Sais pas. Pas encore trouvé d’excuse qui tienne la route …

Ah ! Si … ça y est ! « On » m’a récemment provoqué sur la fiabilité scientifique de « Chez Audrey et moi ».

Rien de méchant ceci dit.

Pas de quoi fouetter Sue Ellen et l’Abominable Jr (enfoirés) !

Toujours est-il que la question existentielle qui saute aux yeux, comme un coup de pied au derrière, est la suivante :

« Pourquoi prend-on peu de coups de soleil au Sénégal, alors que quelques rayons peuvent t’envoyer à l’hôpital  dans les Vosges ?

Premier constat : les UVA (Ultra Ventilés d’Antananarivo), craignent un max, alors que les UVB (Unionistes Vieux et Belges), moins, mais c’est à voir . C’est pas moi qui le dit, c’est le collé.

«  Les UVA sont capables d’aller profondément dans le derme. Les UVB ne pénètrent que l’épiderme qui, malheureusement, est plus sensible. Les cellules qui le composent souffrent particulièrement de ces rayons, en revanche inoffensifs lorsqu’on est derrière une vitre.

chez od et moi cou de soleil futura science
Audrey s’est endormie

Mais attention, le « coup de soleil » n’est pas une brûlure par chaleur ; il s’agit d’une irradiation électromagnétique.

Le second scénario commence de la même façon (le premier scénar on s’en tape NDLR). L’agression des rayons abîme l’ADN (acide désoxyribonucléique). Mais au lieu de mourir, les cellules stressées parviennent à se réparer grâce à des enzymes. Ces petits mécaniciens ne peuvent toutefois pas toujours faire de miracle, surtout si les agressions se multiplient. Une partie de l’ADN peut alors être endommagée jusqu’à provoquer des mutations de la cellule, des divisions, et à long terme des cellules cancéreuses : carcinomes ou mélanomes. »

ET TOC !!!!

Bon, je crois que c’est clair ? … quoi non ?

PFFFFF !!!!!! Vous êtes durs aussi !

Attends une demi-heure, je mange et je reviens …

Oui, alors, qu’est-ce que tu disais ? Rien ? M’étonne pas. Donc : Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Bon, je recopie un truc, je le recolle et tu m’en diras des nouvelles … prêt(e) ?

Alors, oui … juste une minute. Ce qui suit est une réflexion d’une des nombreuses maitresses que je n’ai pas eue, qui avait décidé, je la cite de « travailler  avec la classe sur les dangers liés au soleil ». Extrait donc, tiré d’un article de la Fondation de coopération scientifique pour l’éducation de la science. Juste pour te dire l’étendue de mes recherches des recherches des autres ! Et depuis quand je te tutoie d’abord ? Bon, on s’en fout, si tu veux, tu fais pareil. Alors voila :

chez od et moi coup sleil docteur clic
Étonnant non?

« Une recherche documentaire permet aux enfants de confirmer leur hypothèse : l’atmosphère filtre bel et bien les UV : en altitude, on a moins d’atmosphère au dessus de nous, alors on reçoit plus d’UV qu’au niveau de la mer.

Cette discussion sur l’atmosphère nous a également permis d’évoquer le problème de la couche d’ozone, car c’est ce gaz qui filtre les UV. Ainsi, la couche d’ozone est vitale pour nous. Donc en plus de l’éducation à la santé, les sciences nous ont permis de nous sensibiliser à la protection de notre environnement ! »

Et là … je redis TOC !!!!

En un résumé qui aura valeur de conclusion, j’affirme que si Louis Jouvet avait le nez rouge, ce n’est pas   parce qu’il picolait, c’est parce qu’il avait pris un coup de soleil dans un « Hôtel du Nord ».

Et tout ça parce qu’ d’Arletty ne voulait pas avoir une gueule d’atmosphère! (c’est bien les gonzesses ça!) .

La preuve en images.

Et là … je reredis TOC !!!

 

 

 

 

Publicités

Un commentaire sur « La science pour les nous en vacances »

  1. Merci maître Capello pour cet éclairage (sans U.V.) sur les méfaits de l’astre solaire sur notre épiderme ! Ceci dit, il existe également d’autres motifs de rougeurs cutanées (concernant particulièrement l’appendice nasal !) en bordure de piscine que je vous invite à ne pas développer…
    Les résidents de la « Fourche du Sud »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s