C’EST LUNDI ! (Cherchez pas, vous allez comprendre …) 05/09/2016

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

 

Ce lundi, le doute n’est plus permis. Nous sommes rentrés.

Pour certains à l’école, d’autres au travail ou les deux, d’autres encore dans leur copine, leur copain, ou les quatre, quelques autres sont redescendus de la planète Mars, que sais-je encore.

Photo de professionnel (Obut)
Photo de professionnel (Obut)

Une preuve ? Selon l’adage impopulaire : après le soleil, vient la pluie. Et bien crac ! Le temps de cochon qui sied mal au cochonnet, s’est installé. Oh, il y aurait bien une solution pour résoudre le problème.

Souffler tous ensemble pour chasser les nuages, comme on expulserait les immigrés.

Oui … mais …

D’une part, nous aurions un peu « l’air » bête à souffler comme des bourriques et on ne pourrait même plus se dire bonjour. Car, vas-y toi, parler pendant que tu souffles !

D’autre part, nos voisins, (qui ne font rien qu’à copier) auraient beau jeu d’agir de même.

Avec un ciel si bas, qu'un canal s'est pendu!
Avec un ciel si bas, qu’un canal s’est pendu!

Et les nuages de tourner et tourner encore, pour au final, créer une tempête, qui, elle, ne connaitrait pas les frontières.

Et vlan ferait le vent, emportant tout sur son passage. « Nos » femmes, « nos » chevaux, « nos » boules de pétanque et ceux qui les tirent !

Puisque vous en parlez, le tournoi annuel interdépartemental de pétanque des amis, se tenait, comme il est de tradition, ce weekend, à Flavigny (54). A la maison éclusière (tout un programme !)

"Je t'avais dit qu'on n'avait pas pris l'autoroute!"
« Je t’avais dit qu’on n’avait pas pris l’autoroute! »

C’était bien. Très très bien même. 4 doublettes ont joyeusement  jeté leurs triplettes, en évitant le Canal de l’Est, à la quête du Graal : Le titre de meilleurs des meilleurs de tous les meilleurs!!!

L’édition 2016, fut un bon crû. Le soleil aidant, on pouvait s’imaginer sans peine, guinchant dans une guinguette des bords de Marne.

On pourra déplorer toutefois l’attitude négative des vainqueurs de la compétitions qui ont eu le mauvais goût, teinté de culot, d’éliminer mon pote et moi, au premier tour d’un tournoi qui en comptaient deux.

Mais il devait en être ainsi. La glorieuse incertitude du sport avait frappé une nouvelle fois. Laissant aux malheureux vaincus, un goût âpre de sang, mêlé d’une amertume salée, celle de gladiateurs à genoux sur un sol caillouteux, attendant que César suce son pouce!

Une amertume, due peut-être aussi, à la tiédeur de la bière de maitre Yoda et à la sueur généralisée.

On retiendra également la pauvreté des lots mis en jeu (une tour Eiffel boule de neige, un tire-bouchon Pape François, une auréole Mère Teresa et son crucifix intégré qui fait Pouêt ! un abonnement, valable un jour, à la salle des fêtes en construction de Favigny, plus quelques babioles) mais … cela, ne nous … concernait pas ! Et de toute façon, le problème est réglé. L’année prochaine, chaque participant devra amener son propre lot, non mais!

Étonnant non?
Étonnant non?

Cela c’était samedi.

Dimanche, malgré les corps fourbus et le moral en berne (surtout celui de Stéphane, mon malheureux coéquipier), quatre valeureux survivants de l’héroïque bataille de la veille, ont entamé un challenge qui, sans l’arrivée du cochon de mauvais temps, aurait pu se transformer en plus-longue-partie-que-le-monde-ait-connu-on-a-faim-on-a-soif-putain-mes-boules-tu-tires-ou-je-pointe-c’est-à-qui-de-jouer-maman-je-veux-rentrer-voir-mamie-qu’est-ce-que-tu-fais-avec-le-cochonnet-ah-mince-j’ai-cru-que-c’était-un-Pokémon-go-tiens-une-Finlandaise-qui-passe-en-péniche-elle-est-toute-seule-je-crois-mince-qui-a-bougé-le-jeu -?-plus-qu’un-mort-et-on-arrête-combien-ça-fait-je-ne-te-sers-pas-la-main-mais-le-cœur-y-est-les-côtelettes-sont-cuites-je-répète-les-côtelettes-sont-cuites …

Mais non.

Il a fait un peu chemo. Trop. Stéphane (dit le Croc) et moi n’avons eu le temps que de perdre une partie de plus …

Chemin du "Pointeur de l'écluse"
Chemin dit « du Pointeur de l’écluse »
"Dégueu le barbeuc! Je trace!"
« Dégueu le barbeuc! Je trace direct! »

Sérieux ! C’est dur de reprendre le boulot après ça. Surtout quand on n’en a pas !

Voili voilou !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Tu te souviens?" -Non
« Tu te souviens? »
-Non

Bon, Audrey, elle, n’est pas rentrée … de la semaine ! Des fois je me demande si elle n’est pas un peu sorcière sur les bords (du chaudron).

Tiens, à ce propos et pour finir, un ch’tit morceau (qui date un peu) des Bananes Metalik, qui seront en concert prochainement un peu partout dans un monde sans frontière, même dans votre salle de bains et aussi au Thillot (88) le samedi 17 septembre.

Tcho bisous !

PS : Le temps devrait s’améliorer bientôt, je répète, le temps devrait s’améliorer bientôt …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s