Un coin sombre. Sur les traces de Skrypfe (Abdou)

 

 

Le quotidien n’est parfoisod et moi pref city 030

pas très clair …

 

 

 

 

« Abdou : bouquiniste éclairé depuis la nuit des temps »

La sobriété de l’enseigne de la petite échoppe de la rue Simon se révélait discutable.

Dans ce quartier de Paris, les commerces présentaient certes des devantures illuminées, mais beaucoup plus sûrement pour vanter les mérites d’un sex-shop ou d’une marque de fast-food, que pour promouvoir les soi-disant lumières d’un libraire. Arabe de surcroit !

Mais en cette fin de soirée d’hiver 1973, à l’heure où le bon peuple s’était réfugié dans la chaleur de son habitat (un appartement pour les mieux lotis, des cartons pour beaucoup d’autres) un homme, quelque peu engoncé dans une stricte pelisse d’un noir sinistre, fit peu de cas de cette singulière  hyperbole publicitaire.necronomicon-dead-skin-mask-book-cover-975x1204

De sa jambe gauche, la plus solide, il fracassa la porte d’ « Abdou : bouquiniste éclairé … ».

Dans un fracas de verre brisé, auquel se mêlait étrangement le tintement de la clochette d’entrée, le « géant » (il devait mesurer plus de deux mètres) hurla de sa voix de basse!

« Abdou !!! Voleur !!! Montre-toi !!! »

Dans le noir, le silence se fit. Avant d’être rompu par une sorte de murmure.

  • Il n’y a pas d’Abdou ici. Enfin … pas vraiment. Mais moi? Tu ne me vois donc pas Hugues Holson … ? Je suis pourtant là … près de toi. Tout près même …

Holson s’attendait bien à être confronté à des évènements illogiques, ses supérieurs l’avaient prévenu, mais ce message, persiflé à son oreille (comme si un serpent l‘avait prononcé !) le pétrifia littéralement.

Seul son cerveau semblait devoir encore fonctionner.

Il était empli de questions. Comment cette … voix … connaissait-elle son nom ? Où était Abdou le voleur ? Celui qui avait dérobé un mystérieux document au National museum de Londres il y a moins d’un mois ? D’où venait ce froid glacial qui envahissait-il la boutique, maintenant à peine éclairée par une lueur verdâtre ? Et les étagères de la librairie, pour quelle raison paraissaient-elles dévastées, comme griffées par des doigts immenses et inhumains?

Pourquoi des milliers de livres gisaient-ils sur le sol terreux de l’échoppe ?

La voix reprit, toujours aussi perçante, presque désincarnée :images

  • Tu as fait fausse route mon ami, ce que tu cherches n’est pas ici.

Bien que sonné par les évènements, Hugues Holson bredouilla en maugréant :

« Je ne sais même pas exactement ce que je suis venu récupérer. Un parchemin, ou quelque chose qui y ressemble, m’ont dit les Sages du Museum …

  • Les Sages ? Les Imbéciles du Museum devrais-tu dire ! Ces incultes sont obsédés par la quête de Lia Fail ! Ils croient que tout ce qui touche aux « grands anciens » peut les aider à trouver, puis à maîtriser le pouvoir de Scone, autrement dit Lia Fail, la pierre magique !!!

C’est pour cela que le vol d’Abdou les a désorientés. Abdou, pour une raison qui lui est propre, a tenu à se procurer un passage d’un livre interdit. Celui écrit par l’Arabe dément Abdul Alhazred. J’aurais plutôt opté pour l’Arabe poète, mais là n’est pas la question.

  • Pourquoi Abdou voulait-il ce … bout de livre ?
  • Par orgueil. Et par ambition aussi peut-être. Il se croyait le descendant de l’auteur maudit et espérait pouvoir s’offrir une parcelle de gloire. En lisant un passage à voix haute. Ce qui est rigoureusement interdit. Invoquer ainsi les « grands anciens », comme Chtulhu, est tout bonnement suicidaire ou presque. Tu vois la salamandre enfermée dans le bocal posé sur la dernière étagère, au fond de la pièce ?
  • Oui et elle semble mal en point.
  • Cette salamandre est Abdou. Ce prétentieux va mourir. Il a toujours les mêmes besoins en oxygène qu’un humain … mais il n’est plus humain …
  • Alors je suis venu pour rien.
  • Ne crois pas cela. Déjà tu vas partir avec un conseil à donner aux « sages ». J’espère qu’ils l’entendront ces hommes butés ! Dis-leur que les « grands anciens » ont connu Lia Fail. Qu’elle aurait pu devenir l’une des leurs. Mais qu’elle a refusé. Que beaucoup d’honnêtes gens, mais aussi des barbares l’ont « frôlée » au cours des siècles. Et qu’elle a toujours répondu par la force brute. Lia Fail est constituée d’un grès qui traverse le temps. Elle n’a jamais, m’entends-tu ? Jamais été domptée !!!

Tu partiras aussi avec ceci. (Deux feuillets tombèrent aux pieds d’Hugues Holson). C’est le larcin d’Abdou. Prends et fais-en bon usage. Surtout ne le lit pas à haute voix !!!

  • Merci mais … pourquoi ?
  • Abdul Alhazred n’aime pas qu’on laisse « trainer » des fragments du Necronomicon. Du moins là où il ne la pas voulu.
  • Vous … vous êtes ?
  • Un poète. Je préfère …

 

A lire aussi dans la rubrique: UN COIN SOMBRE

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cliquez sur les images … si vous osez!

od et moi moto deux
Sur les traces de SKRIPFE

chez-od-et-moi-stoneod-et-moi-fresque-jardin-reduite

Et aussi

od-et-moi-clown

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s