Un coin sombre. Sur les traces de Skrypfe (trop près)

 

                           od et moi pref city 030

 

Le quotidien n’est parfois

pas très clair …

 

 

Avant même d’avoir, ne serait-ce que frôlé, le sol de la planète Tanist, le vaisseau  FYRE KSP, fleuron de la flotte terrienne d’exploration spatiale, implosa sans un bruit, disparaissant à jamais de tout système de contrôle, sans même laisser une poussière d’étoile …

Deux  années auparavant, au centre mondial de la communication, le spokesman de l’ « Alliance Universelle », avait relayé le  discours du Commandeur suprême :

« Chers mondiaux (c’était le nom donné aux adhérents de l’Alliance) ! Comme vous le savez, nos 14 gouvernements ont décidé, il y a maintenant 20 ans, de percer le mystère de la planète Tanist.

Non pas à cause de sombres et vieilles croyances qui font état d’un maléfice. D’une sorte de malédiction qui entourerait cet astre qui, après tout, n’est qu’un gros caillou de grès !

Non ! Les mythes anciens ne sont que fariboles ! Ce qui nous importait tous, c’était les pertes subies par les compagnies commerciales qui ont vu disparaitre pas moins de 318 cargos ! Ceux-ci ont disparu de la circulation, tous en passant à moins de 6 kilomètres de Tanist. Le préjudice est considérable.

Mais, vous le savez également, toutes les missions d’exploration, menées jusqu’à présent, n’ont pu résoudre, ce que l’on doit bien appeler, un « problème ». Pire même, qu’elles aient été terriennes ou extraterrestres, ces expéditions se sont toutes soldées par un échec cuisant ! Plus de 4000 membres d’équipage sont portés manquants. Comme évidemment leurs vaisseaux.

Ce qui nous importe maintenant, ce n’est plus de comprendre ! Mais bien de supprimer la menace ! L’heure n’est plus aux interrogations, mais à la destruction !!! Nous allons envoyer nos meilleurs combattants et le FYRE KSP, un monstre de vaisseau liquidateur!!! Mort à Tanist !!! »

***chez od et moi implosion

Au fil des mois, les officiers du FYRE KSP avaient pris l’habitude, entre deux activités sportives et, sans bien entendu négliger leurs tâches quotidiennes, (essentiellement de la surveillance) de se divertir en regardant en visiospace 4D, des séries anciennes de ce que l’on appelait, il y a des siècles, de la « science fiction ».

Ainsi ce jour là, après le visionnage d’un épisode de la saga « Star Trek », l’ambiance était à la rigolade et les réflexions fusaient :

« Hé Monsieur Spock ! Tu vulcanises bien ? » lança le chef de bord Sam Connor, au lieutenant Geoffrey Bossel

-Tu dis ça parce que j’ai de grandes oreilles Captain Kirk ?

-Évidemment ! Y a d’ailleurs que ça de grand chez toi ! Pas vrai Scotty ? Hé ! Tu veux que R2D2 te ramène un whisky ? Il boite un peu mais il peut encore servir !!!

– R2D2 c’est pas dans Star Trek, c’est dans Star Wars ! Et puis merde ! Répondit l’ingénieur de bord, Morton Uxell

– T’as un problème l’Écossais ? C’est les 2 tonnes de mort qu’on a en soute qui te rendent nerveux ?

-Ouais et pas seulement. Cette mission est suicidaire.

-Mais t’as peur de quoi au juste ? Tu crains les fantômes ?

-Rigolez ! Rigolez ! Vous saviez que Tanist portait un autre nom ? Bien sûr, le « Commandeur » n’a jamais ébruité ça ! Et bien, Tanist, c’est Scone !!!

-Super ! Et c’est quoi Cone ?

-Scone imbécile ! C’est dans ce lieu que les anciens situaient la pierre magique « Lia Fail » qui sacrait les rois Écossais venus d’Irlande

chez od et moi Stone
Réplique actuelle de Lia Fail

-Bien … bien … bien … et … ?

-Et allez vous faire foutre !!! Cette mission est pourrie ! Il ne faut pas toucher à la pierre, un point c’est tout

-Et bien tu expliqueras ça à Mac Enzie, il nous a placés en approche. Dans 12 heures, on largue nos bombes et BAOUM !!! Finie Tanist ! Et retour au  bercail pour les héros !

-Ok les loosers. Moi je vais faire un petit somme en rêvant de Julia. Un sacré beau brin de fille Julia ! Réveillez-moi quand ce sera fini …

 

A lire aussi:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Cliquez … si vous osez!

od-et-moi-moto-deux kitkat-share-image-fb od-et-moi-fresque-jardin-reduite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Un coin sombre. Sur les traces de Skrypfe (Le gardien de Lia)

 

 

 

Le quotidien n’est parfoisod et moi pref city 030

pas très clair …

 

 

 

 

« Ils  n’ont ni druides qui président au culte des dieux, ni aucun goût pour les sacrifices, ils ne rangent au nombre des dieux que ceux qu’ils voient et dont ils ressentent manifestement les bienfaits, le Soleil, le feu, la Lune. »

Jules César  (Commentaires sur la Guerre des Gaules)

chez-od-et-moi-d-abbaye

« Meurs donc ! Chrétienne ! Que ce crucifix enflamme tes entrailles !!! » tonna un blond massivement charpenté, ivre de boisson et de haine, en perforant le ventre d’une religieuse.

Le massacre, perpétré comme par habitude, se poursuivait dans cette abbaye de l’Est Irlandais.

Avant elle, bien d’autres et aussi des églises, de l’Écosse au Nord de l’Angleterre, avaient été dévastées.

Prêtres, nonnes, simples serviteurs de la religion honnie, subissaient la barbarie des assaillants, ici au nombre d’une centaine.

Non contents d’éventrer, de violer, de torturer, les Vikings menés par leur chef Olgen, piétinaient, outrageaient et brulaient toute relique et objet sacré. Plus généralement, tout ce qui ne paraissait pas devoir se vendre à bon prix.

chez-od-et-moi-deglise

Les corps ensanglantés jonchaient les dalles, devenues rouges, de l’abbaye de Skronpfe.

Seuls les ahanements des barbares, essoufflés d’avoir percé, tranché, violenté, tué, cassé, se faisaient maintenant entendre.

Quand une voix folle, déchirée, hystérique, fendit un air, déjà empli d’une fumée annonciatrice, de la destruction finale du lieu sacré :

« Maudits ! Maudits ! Vous avez profané la gardienne de Lia Fail ! La mort vous prendra en mer sur le chemin de votre funeste retour ! Odin, Loki,Thor, Freyija et même votre grand arbre Yggrdrasill, ne pourront vous sauver ! Maudits ! Maudits ! »

A ces mots, les Vikings se figèrent. Devant eux, un prêtre, à genoux, auréolé d’une lumière crue, vidait ses dernières forces vitales.chez-od-et-moi-relique

Comment ce diable de Chrétien dépenaillé, connaissait-il le panthéon de leurs propres représentants divins ? Et que penser de ses menaces ?

« Qui es-tu vieux fou ? et qu’est-ce que Lia Fail ? » osa Olgen.

« Je suis le père O’kenzie, gardien de cette abbaye, elle-même gardienne de Lia Fail, que tu connais peut-être sous le nom de Scone. » gémit le mourant.

-Scone ? La pierre magique ? Mais c’est une légende ! Une histoire pour les crédules, les enfants !

-Tu ironiseras moins quand tu la verras. Et tu la verras. Dans moins d’une lune, toute ta flotte aura disparu dans la noirceur de la Mer du Nord ! Seuls deux marins survivront ! Et ils auront une jambe fracassée ! Maudits ! Vous êtes maudits !

-Meurs donc ! Toi et tes délires !!! Nous ne croyons pas au destin ! Nous croyons en notre force !

Et Olgen trancha la tête du père O’Kenzie …

kitkat-share-image-fb

Le voyage se déroulait sans anicroche. Les embarcations Vikings filaient, avec comme  repère, durant la nuit, les étoiles. Et le jour, la variation de couleur de leur « Pierre de soleil », composée de calcite.

Cette pierre leur indiquait, ainsi que le faisaient les animaux marins, les reliefs côtiers,  les variations de la teinte de la mer et les courants, leur latitude approximative.

De même, la vue d’icebergs signalait la proximité, de ce que l’on ne nommait pas encore, le Groenland. Ce qui les invitait fortement, à virer à l’est.

Geof, à la barre du bateau d’Olgen faisait contre mauvaise fortune bon cœur, en s’adressant à son chef :

« Si ce stupide tonneau de bière ne nous avait pas roulé sur les jambes, à  Ugson et à moi, tout serait parfait ! Jette un œil Olgen ! Les icebergs! On va retrouver dans quelques jours, nos femmes et nos enfants ! »

De fait, tout cela sentait bon le banquet festif, accueillant les « braves ».

Les soutes des 20 navires à tête de dragon étaient pleines. Remplies de métaux précieux, de bijoux, de victuailles. Qu’importaient les massacres. Le commerce avait un prix. Celui du sang …

« Olgen ! Regarde la pierre ! Elle est toute noire ! » s’étonna Geof.

La « Pierre de Soleil » était effectivement noire.

« Qui nous fait cette mauvaise blague ? » ragea Olgen.

-Je n’ai jamais vu ça ! Et personne ne s’en est approché !

-Alors c’est toi Geof ! Imbécile ! Tu ferais mieux de surveiller les icebergs !

-OLGEN !!! REGARDE ENCORE !!! DEVANT NOUS !!!

Le spectacle se révélait hallucinant !

Parmi les blocs de glace, un venait soudain de se dresser au dessus des autres, créant une gerbe d’eau qui atteignait déjà les premiers navires ! Sa taille était immense ! Et il était NOIR !!!

L’excroissance monstrueuse ne semblait avoir aucune limite à son développement.

Bien vite, les flots suivirent des ondes inconnues du plus chevronné des marins ! Des tourbillons se formaient sans logique apparente ! Leur force d’aspiration engloutissait les bateaux en entier ! Des éclairs déchiraient maintenant, le ciel devenu rouge !

Les marins hurlaient sans que le moindre son fût audible !

Le phénomène dura une heure. Une heure durant laquelle deux mondes s’interpénétrèrent …

C’est sur une côte d’Écosse, que l’on découvrit un Geof, désorienté mais sauf.

Plus surprenant encore, c’est sur une terre du Nouveau-monde, futurs États-Unis, que l’on retrouva trace d’un nommé Ugson.d-mer

Quant aux expéditions Vikings, elles cessèrent progressivement, en cette fin de 11ème siècle.

 

 

 

A lire aussi dans la rubrique: UN COIN SOMBRE

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cliquez sur les images … si vous osez!

od et moi moto deux
Sur les traces de SKRIPFE

chez-od-et-moi-stoneod-et-moi-fresque-jardin-reduite

Et aussi

od-et-moi-clown

 

 

 

 

 

 

Un coin sombre. Sur les traces de Skrypfe (Julie)

od et moi pref city 030

 

 

Le quotidien n’est parfois

pas très clair …

 

 

Il fallait mordre. Mordre encore, à tout prix, pour tenter de sauver sa vie.

Elle avait pourtant déjà arraché beaucoup de peau, de bouts de bras, de ventre à son adversaire. Mais celui-ci n’était pas resté inactif. Habitué à ces duels barbares, l’homme qui la tenait, coincé comme elle dans un amas de tôles enchevêtrées, restes de deux motos rugissantes, voulait, à coups de dents, vider le corps de Julie de toute étincelle d’humanité.

De fait, elle n’avait plus le choix, elle était déjà devenue une sorte de fauve, une bête qui ne faisait plus que se débattre dans l’obscurité de l’hiver.

Elle n’était plus qu’une bouillie sur une bretelle d’autoroute américaine, bordée de pierre d’Écosse, livrant un combat qu’elle n’avait pas voulu.

De souffle elle n’avait plus. Sa poitrine transmettait seulement des parcelles d’énergie pour mordre, encore et encore et griffer avec ses jolis doigts manucurés, devenus d’horribles moignons à mutiler.

od et moi moto une

Elle n’espérait plus rien. Seule la haine et la peur lui permettaient de n’être pas encore totalement vaincue.

Les déchirements de sa chair, de ses jambes sanguinolentes ne lui importaient plus.

Depuis le fossé, elle entendait le vrombissement de « deux roues » et de voitures.

Elle eut encore la force d’imaginer : « Certains vont danser en boîte, à coup sûr… »

Sa moto et celle du fou qui la tuait, les enserraient maintenant telle une structure métallique moderne immonde, descendante morbide d’une « vierge de fer », instrument prisé par les chasseurs de sorcières au Moyen Age.

Mais Julie n’était pas une sorcière, elle était juste une adolescente qui avait enfreint une loi, une loi non écrite, qui interdisait aux novices de la route, aux jeunes motards, d’emprunter ce maudit bout de chemin de 6 kms.

od et moi moto troisjpgJulie payait un prix ahurissant à sa jeunesse et à sa fougue.

Celles là mêmes qui l’avaient poussée à emprunter la toute nouvelle Ducatti, offerte à son frère James pour son vingtième anniversaire.

Puis survint cet accrochage, sûrement provoqué d’une « poussette » vacharde par l’un des « briscards » jamais lassés du bruit et de la fureur de ce tronçon, véritable terrain de jeux disait-on, du Diable en personne.

Était-ce lui qu’elle avait entraîné dans sa chute ?

Non pensa-t-elle. Le Diable n’aurait pas laissé l’un de ses pieds coupé net par la barrière de sécurité.

En réalité, à qui ou à quoi avait-elle eu à faire ?od et moi moto quatre

Impossible à dire par cette nuit pourtant si étoilée.

Le visage invisible n’émettait que des ahanements que d’aucun qualifierait de gutturaux. Vint, au petit jour, la fin du calvaire de la jeune fille

Plus tard, au matin, on ne retrouva qu’un corps, celui de Julie.

« Étranges ces blessures » constata le jeune auxiliaire de police Geoffrey en s’adressant à son chef.

« Ouais, on dirait que ça recommence » lui répondit simplement Sam.

« Et pourquoi aucun motard ne passe aujourd’hui ? » questionna Geoffrey

« Parce qu’il est encore trop tôt mon garçon, ils ont peur… » maugréa Sam.

Il s’éloigna en claudiquant.

od et moi moto deux

Photos AD et  ER

A lire aussi:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Cliquez si vous osez!

kitkat-share-image-fb chez-od-et-moi-stone od-et-moi-fresque-jardin-reduite

 

 

C’EST LUNDI ! (Cherchez-pas, vous allez comprendre …) 11/09/2017

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

 

Cela ne pouvait pas le faire !

Tiguila ! Tiguila (Ceci n’est pas un article sur le ska) !

Excellent lundi déjà.

Joyeux, plein de bonnes surprises, d’amour et de bonbons !

C’est bon, tu es chaude comme TV Breitzh quand est diffusé Hercule Poirot ?

C’est bien car il faut bien cela.

Que tu sois entre deux gorgées de café, de thé ou d’autres chose chacun ses goûts, je me dois de te l’avouer :

Je suis vert.

Non pas malade, juste vert. De … pfff … non mais sérieux pfff … je viens de tout effacer le « C’est lundi » que j’avais écrit.

C’est bête hein !!?

Je préviens en cette heure sombre :

le premier qui me dit qu’il faut toujours sauvegarder au fur et à mesure les travaux sur ton ordi je le transforme en espèce en voie d’extinction.

Bien entendu j’ai sauvegardé ! Et j’ai sauvé ça : « Sur les traces de SRYPFE ». Ce n’est même pas une phrase!

Tu parles d’un secours ! Et je ne sais même plus s’il y a deux Y deux P ou deux F,  les trois ou pas du tout !

À côté de moi, le gars qui volontairement ne marche pas sur une fourmi est le fils de Jésus ou au moins son cousin qui a croisé Ghandi et John lennon dans la maison en pain d’épice de la fée … verte !

Pas une truffe … lui !

Sauvegarder macache ! J’ai dévissé et fouillé mon ordinateur, je n’ai rien trouvé dedans qui vous parlait de ce qui va suivre.

Car je m’y remets à défaut de m’en remettre.

Ben oui quoi, je n’allais pas nous laisser comme ça. Donc, de mémoire, ça disait :

Oui euh … alors bonjour vous allez bien … oui tout ça … quoi… braderie à Épinal, bourse aux vinyles … ami qui est arrivé tout ça … regardé le foot des sardines noyées ridicules à la télé … après … dévédé de PUNK LONDON payé 50 centimes … les Mods fils de bourges, les Teddy qui n’ont pas changé de look depuis le moyen-âge les punks qui ne ressemblaient qu’à toi, étude sociologique tout ça …

Quelle mémoire !!!

Quelle misère …

Je vais me taper un esquimau pistache/chocolat avant de te rependre.

À tout’ ! …

Tu m’as crû ? Tu as raison si je peux me permettre.

Non je dis ça parce que certains pensent que j’écris en différé alors que c’est du direct intégral.

Tiens … en ce moment quand tu lis. Tu penses à moi. Et moi aussi je pense à toi quand j’écris.

C’est la preuve !

Allez j’arrête de t’embêter. Ne pense plus à moi.

Ça y est ? (Moi je pense quand même à toi)

Oui donc revenons à ton mouton que tu as fort joli.

Je n’ai pas assisté à la foire au vinyle organisée à la Souris Verte, lieu culturel à souhait (si tu ne le souhaites pas tu n’y vas pas) pas plus que je n’ai déambulé dans les fesses de mes contemporains (comme je ne suis pas très grand c’est incommodant) qui arpentaient les rues de la ville chef-lieu des Vosges, Épinal.

Pourtant j’avais tout programmé :

  • Mon réveil pour voir les 12 coups de midi avec Jean-Luc et Zette et en ce moment un petit pompier.
  • Un coucou chez maman.
  • Une promenade en ville. Et la foire.
  • Ma première version de « c’est lundi » pffff !!!
  • C’est raté foutu perdu ! Je réécris !

Reste que:

J’ai aimé ce dimanche et maintenant ce lundi entre amis. Et c’est l’essentiel.

Et tiens, comme je n’ai finalement pas manqué d’air et puisque tu te désignes spontanément, je te propose d’être critique volontaire.

« Chez Audrey et moi » va, tout au long de cette semaine, reprendre les épisodes déjà parus de « Sur les traces de SKRYPFE ».

Puis plus si tu es bon(ne) ! Des inédits et … la fin de Scone ? Hum! Va savoir !!!

Le truc que tu as à faire est accessible au commun des mortels :

Des « j’aime » et/ou des commentaires sur le site chezaudreyetmoi.com ou sur le facebook d’Audrey ou sur LE MIEN nous indiqueront la voie à suivre.  Donc à TOI d’écrire ou juste de cliquer.

Merci à RETOI et …

des Bisous pour ça !

Les Ordures Ioniques

Les Ordures Ioniques est un groupe de punk rock qui nous vient de Montréal, leurs paroles sont un cocktail entre humour et contestation et leur musique, un alliage entre punk français et rock à haute tension.

Ils sortent un nouvel album qui sera disponible au courant du mois chez Ronce Records et enchaînent dans le même temps sur une tournée européenne :

21369434_1381751158588907_3848392130127410593_n

3ème Convention du Disque d’Epinal

Kicking Records, en collaboration avec Scènes Vosges Musiques Actuelles, organise le Dimanche 10 septembre 2017, la 3ème édition de la Convention du Disque à Epinal (88).
De 10h00 à 18h00, la Souris Verte accueillera dans sa grande salle plusieurs dizaines d’exposants professionnels, particuliers et associatifs.
Les visiteurs se verront proposer des disques (45T, 33T, CDs) et DVDs neufs, d’occasion ou de collection et autres accessoires et goodies, qu’ils pourront chiner au son feutré des classiques distillés par les DJs Gui de Champi et Flying Manu, le tout agrémenté du showcase acoustique de BATBAT du groupe DIEGO PALLAVAS sur la grande scène.

Date et Heure : 10/09/2017 de 10h00 à 18h00.
Lieu : Grande salle de La Souris Verte – 17, rue des Etats-Unis – 88000 Epinal
Entrée gratuite

APPEL AUX EXPOSANTS :

Vous êtes intéressé pour participer à cette deuxième bourse aux disques, n’hésitez pas à nous contacter;

Scènes Vosges :
Renseignements : 03 29 65 58 98 – Mail : scenes.vosges@epinal.fr
Coordination : 07 86 92 68 43 – Mail : studio@agglo-epinal.fr