C’EST LUNDI ! (Cherchez-pas, vous allez comprendre …) 27/011/2017

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

 

Nadine le bock !

Bon les petits rigolos et néanmoins grands amis ou l’inverse, je tiens à vous annoncer un truc.

Stagiaire vue de dos

Plus grave que la perte de ton premier amour, mais moins dramatique que son cancer :

devant mon manque de charisme et mon physique ingrat, vous avez jusqu’alors négligé de collaborer.

On ne vous demandait pourtant pas de vendre du beurre aux Allemands.

Au mieux de le négocier à prix d’envahi !

J’ai donc descendu dans mon jardin pour y cueillir du romarin.

Une phrase qui, à part nous remettre une comptine débile et touchante à la fois dans la tête, ne nous sert à rien.

Sinon à écrire (tu arrêtes de chanter STP c’est saoulant).

Bon ok si tu insistes, chante :

« ♫ Gentil coquelicot … ♪ Gentil coquelicot Mesdames … ♫

Non vas-y lâche-toi, on a tout notre temps ….

« ♫ Gentil coquelicot gna gna ♪ Gentil coquelicot Monsieur/Madame ♫

♫ Gnagannannananananana …♪

♫ J’ai descendu Lucien dans mon jardin … ♪

Stagiaire vue de profil

C’est bon ?

Je reprends la main qui maintenant sent le romarin (ce qui est un moindre mal) pour vous annoncer amis lecteurs de toutes feuilles, que dorénavant, bientôt, sous peu, vous disposerez d’un espace que l’on appellera dans un premier temps « Denosvoeux » pour faire simple.

Un espace incluant la particule « de  liberté », pour vous exprimer.

Cherchez-pas vous allez comprendre !

C’est dans le titre on vous l’a dit et repété (oui il manque un accent ça gêne quelqu’un ?).

Donc revenons à ton mouton. Une explication s’implose : PAF !!!

Dans une rubrique ouverte (dans le genre « courrier des lecteurs » mais on trouvera mieux comme titre) chacun pourra glisser un mot selon son humeur.

Et même davantage. Car essaye de mettre plusieurs mots à la suite. Tu obtiendras, si Roger le veut (Roger étant un des nombreux pseudonymes de Dieu) une phrase.

Stagiaire revue de dos

Exemple simple, rédigé exprès pour toi :

Tu te lèves le matin à une heure décente pour le petit déj’ avant apéro. Soyons larges, à 11 h 30.

Et soudain que constates-tu ?

Rien, parce que tu as les yeux collés ou parce que tu es trop con. Quand je dis con, je ne le pense évidemment pas … non quand même.

Je ne dirais jamais cela d’un potentiel prix Contoutcourt de « Chez Audrey et moi ».

Mais concourable ou non, ton premier réflexe de Paflof le chien, sera le suivant et on t’entendra dire, parce qu’un détail t’a tampiné autant qu’il te turlupinait:

(j’écris pour toi mais c’est la dernière fois)

« Punaise de bois de lit ! Eul fumier d’voisin a encore laissé pousser les branches de son pommier dans mon lopin de terre (j’extrapole tu ne parles pas aussi cuculment) ! M’en fous ! Tout ç’qui va gagner l’autre qui est con comme une valise sans poignée, c’est que j’m’en va le dire dans chez l’Audrey et dans l’moi ! Et à M’sieur l’maire si ça va pas ! »

Et là tu te calmes.

Après le café et le marc de Bourgogne (tu peux faire un canard avec le sucre) du petit-déjeuner agrémenté d’une andouille prête à virer, tu te poses et écris :

La douce fraîcheur automnale m’aurait sans doute revigoré et j’aurais eu la trique pour me guider, quand, nonobstant une forme de pressentiment, je sais cela peut sembler ridicule, me vint l’envie d’arpenter le périmètre de mon espace vital/jeunesse, si j’ose cette petite incartade à la bonne sémantique, à savoir mon jardinet de deux hectares.

Je devisais ainsi en bonne intelligence avec moi-même, malgré des sons saugrenus et ne mégotons pas, quelque peu stridents, émis par de petites créatures ailées, cousines peut-être des moineaux communs dans nos agglomérations civilisées, quand la foudre s’abattit sur moi !

Ouf!Ouf ! Je vous ai bien eus ! Je vous taquinais juste un tantinet. Rassurez- vous, mon corps d’athlète n’a subi aucun dommage.

Savez-vous que j’aurai bientôt 70 ans ? Non, laissez. J’ai l’habitude, personne ne me croit quand je dis ça. Mais rester jeune c’est dans ma nature.

La preuve : toutes les adolescentes Sénégalaises, que je présume prépubères, me trouvent beau. Elles me surnomment même Alain Lelong.

Stagiaire vue par elle-même

Alors que je me nomme Robert.

Bast !

Je continue mon récit épique qui me verra trébucher en glissant sur une pomme très mure, pour ne pas dire usagée et … 

STOP !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Si tu écris comme cela, tu es embauché.

Mais comme j’ai déjà la place, tu seras renvoyé durant ta période d’essai car copier ce n’est pas du « joli-joli » comme le disait la crémière de ma grand-mère qui n’a jamais vendu du beurre aux Allemands. Même après 3 orgasmes (puisses-tu ma sœur me pardonner !).

Alors pour être honnête jusqu’au bout du marabout, j’avoue un désarroi qui pourrait se transformer d’ici peu en constat d’échec.

Le mien.

J’assume.

Tout.

Tout du moins ce qui est justifiable. Le cancer de ton premier amour par exemple, je n’y suis pour rien.

Ta chaude-pisse à la limite, mais pas plus.

Oui donc, « Chez Audrey et moi » je l’imaginais, en compagnie d’ Audrey, plus fourni.

Plus alimenté par des rédacteurs, des photographes, des dessinateurs, des vidéastes des trublions de tout genre. Que cela vive ! Que l’on descende dans ton jardin !

Résultat à l’instant T (comme le disent les fans de Ford), j’ai créé et tué :

Kevin, Jean-Pierre, Geneneviève, Jeannot, la saga de Skrypffe. Et j’en oublie.

C’est moche et c’est certainement parce que je m’y suis suis mal pris.

YÉ NÉ SOUIS PAS OUNE MACHINE ! Non plus …

Et malgré moi, j’ai un peu vampirisé le blog avec le « C’est lundi ».

Que j’aime.

Mais remettons l’église près de la mosquée au centre de nulle part et tout ira mieux.

Une rubrique vous sera d’ici peu proposée. Vous pourrez, comme dit précédemment, vous y exprimer.

On verra …

Et juste pour ajouter une nouveauté, nous avons recruté un panda.

Analyse du CV de la stagiaire par notre nouveau chargé de recrutement

Si !

Avec une tâche délicate. Renvoyer (ou non) les stagiaires de « Chez Audrey et moi ».

Un job délicat s’il en est.

Bisous

Publicités

Quartier Libre est de retour!!

Nos amis de Quartier Libre font leur grand retour sur scène ce samedi 9 décembre en Allemagne.

Nouveau line-up pour le groupe qui partagera la scène avec King Carrot et Aculeos Punk aus Prague.

Voici le lien de l’évènement Facebook :

https://www.facebook.com/events/881069925379387/

Et Quartier Libre pour ceux qui ne connaissent pas c’est ça :

ZARNO Patamodeleur sortie officielle du livre 2002-2017

Les plus fidèles d’entre vous connaissent notre ami Zarno, c’est lui qui s’occupe des illustrations du blog.

Et bien Zarno sort un livre, et il y à un évènement Facebook pour ça, si tu peux y aller c’est par là que ça se passe :

https://www.facebook.com/events/1522784521169829/?notif_t=plan_user_invited&notif_id=1511364890919755

 

 

C’EST LUNDI ! (Cherchez-pas, vous allez comprendre …) 20/11/2017

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

16 ans avant d’être déniaisé. Cela peut sembler long pour un garçon en pleine force de l’âge. Mais ça y est, c’est fait. Maintenant « je sais ».

Je peux mourir un peu moins idiot, j’ai enfin  vu un concert rock au Sénégal.

Alors ne nous emballons pas. C’est connu, la première fois n’est pas forcément la meilleure, mais là tout de même, c’était franchement super bon.

En week-end d’affaires à Saint-Louis, une paire d’amis ma femme et moi, avons décidé d’assister à l’Institut Français, à la prestation de Takeifa un groupe de Dakar originaire de Kaolack. Trois frangins et une frangine composent une fratrie qui depuis une dizaine d’années répand son « Pop/Afro » à travers l’Afrique et au delà.

Takeifa

Alors okay, ce n’est pas du punk, du métal, du ska, du reggae, de l’orchestre de chambre avec triangle, trombone à coulisse, kazoo et piston ou autre style identifiable rapidement, mais le groupe a une punaise d’énergie qui n’est pas sans  rappeler parfois les débuts de la Mano Negra (tu sais le groupe de Manu Chao).

Ça joue bien, ça fait bouger et donne envie de faire la fête.

Les zicos assurent tous. Jac le chanteur est particulièrement charismatique et que dire de la bassiste ?

Imagine une fille à la classe folle, albinos et qui tient le manche comme un pilote chevronné !

Maah est unique. Et sympa (c’est un ami qui me l’a dit).

Maah

Voilà pour le coup de cœur musical.

Le coup de cœur tout court est pour cette escapade à Saint-Louis.

Qu’est-ce que c’est beau ! Et reposant. Tu peux te promener tranquille dans les rues en journée. Le soir, la belle endormie s’anime mais sans plus de stress.

En plus, la ville a un passé tellement historique qu’elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Elle est ainsi liée aux pionniers de l’aviation et de l’aéropostale. Genre Mermoz tu vois le genre?

Je pourrais également côté Histoire, évoquer le port marchand de N’Dar (Saint-Louis en Wolof) et les départs d’esclaves vers le Nouveau-Monde (tu sais où habite Trump) mais comme ce blog s’intitule « Chez Audrey et moi » et non « Chez Wikipédia et moi » je stoppe ici le volet culturel pour mieux rebondir sur le quotidien.

Mais si tu veux te culturer plus mieux tu vas

Gondoles à Venise (VIREZ LE STAGIAIRE !!!)

Le quotidien donc :

Saint-Louis pue. Bon d’accord, j’exagère. Ce n’est pas Saint-Louis dans sa totalité qui pue.

Mais juste un passage d’environ 3 kilomètres dans le quartier très peuplé des pêcheurs.

Je te fais un topo. D’un côté de la route tu as le fleuve Sénégal où flottent et coulent des pirogues et où les pêcheurs effectuent gaiement leur travail de pêcheurs à terre. De l’autre côté tu as leur cimetière. Et aussi des maisons avec des pompes à essence dedans !

Alors qu’est-ce ou qui a commencé à sentir aussi ignoblement? Difficile à deviner.

Mais le mélange est … comment dire ?

Non mais sérieux, c’est difficile à décrire ce … cette … non je n’y arrive pas.

Dangereux, mortel, expérimental, à gerber, à fuir, c’est un peu de tout ça en fait.

Et le truc aussi avec ce tronçon, c’est qu’il est en phase de travaux. Et tu ne peux y rouler que tout doucement !

Et tu sais quoi ? On était obligé d’y passer pour aller de notre hôtel au centre-ville. ¼ d’heure d’enfer à l’allée, ¼ d’heure d’apocalypse au retour !

Cherchez Mamie !

Qu’est-ce qu’on a ri entre 2 nausées !

Plus sérieusement, si un jour tu te trouves dans le coin, vas à Saint-Louis, ça vaut le détour.

Et les travaux du tronçon rebaptisé par nos soins « Lancôme » s’achevant dans 2 ou 3 mois, ça te laisse le temps de t’organiser.

Sinon j’ai cru lire et entendre que tu avais un peu froid ?

Que la neige menaçait tellement qu’elle avait fini par tomber ?

C’est beau la neige ! Comme une ville la nuit aurait dit Richard Bohringer (qui habite Saint-Louis quand il n’est pas mort).

Personnellement, je ne suis pas franchement fan de cette chose blanche, froide et humide, mais cela fait partie du folklore.

Comme Noël. Mis à part pour les mioches, c’est chiant Noël.

Et si on boycottait Noël ?

Tu dis ? La religion ?

Quoi la religion ? RAB de la religion. Laquelle d’abord ? Ah ouais la seule, la vraie, la bonne ? PFFFF !!! Mais RAB quoi !!!

Poor lonesome cowboys

Les religions c’est la guerre. En plus c’est bruyant les religions. Vas-y que je te sonne les cloches, que je gueule depuis un minaret comme si j’avais coincé un truc dans ma braguette, que je chante faux en faisant un riff de cithare … non sérieux … halte au bruit !

Priez mes frères, mais en silence ! Ne faites pas aux truies ce que vous n’aimeriez pas qu’on vous fasse manger (celui qui comprend me prévient svp) !

Donc boycottons Noël. Et Noël Gallagher aussi, rien que pour le principe.

Et nouvel an pendant qu’on y est.

Restons figés en 2017 !

J’exagère encore. Nouvel an c’est plutôt bien d’habitude. Avec les copines et les copains.

C’est que mine de rien cela approche !

Il faudra que j’en parle à Audrey tiens.

On pourrait faire un numéro spécial hors-série. Avec entre autres surprises ton premier article !

Hé bonne idée ça !

J’attaquerais comme ça :

« Oui euh alors bonjour, aujourd’hui nous avons la chance de publier dans « Chez Audrey et moi », le premier article de Roger (si tu veux t’appeler autrement tu peux).

Roger qui nous parle de sa passion : la pêche au thon. C’est vraiment très intéressant car Roger sent le thon comme personne. Donc ce qu’il écrit est de bon ton (un peu d’humour dans le lancement garantit une convivialité bon-enfant). Et voilà, lisez Roger. »

Et là on passe ton article.

Cool non ?

Après tu n’es pas obligé de parler de thon non plus.

Tu peux parler de truite ou de tout autre animal de compagnie.

Pour faire simple, tu m’envoies l’article à ericrichard88000@yahoo.fr , je le lis puis le transmets à la patronne et nous aviserons.

D’accord Christine (tu peux t’appeler autrement si tu veux) ?

Bisous en boule de neige (pareil si tu comprends tu m’écris STP).

Et tiens, un clip de Takeifa pas trop énervé.

C’EST LUNDI ! (Cherchez-pas, vous allez comprendre …) 13/11/2017

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

 

Le choix de Flint Bunch se résumait maintenant à deux options qui paraissaient également périlleuses :

Soit il se jetait par l’unique fenêtre de la chambre de l’hôtel miteux du quartier minable où il se croyait pourtant bien planqué depuis trois jours (mais l’issue étant vitrée, il devait espérer ne pas se couper en fracassant l’obstacle de la tête au passage et bien retomber sur ses pieds 5 étages plus bas dans une artère très fréquentée de Harlem-la-chapelle).

Soit il bombait le torse en espérant béatement que cela lui permettrait de repousser les balles de fort calibre que ne manquerait pas de cracher le 357 Magnum (pas un Miko!) qui semblait le narguer avec le gros trou de son canon.

Du sacré gabarit. Bien que l’énorme pogne qui tenait le flingue, fasse presque passer l’arme pour un pistolet à bulles.

« Tu parles de bulles ! » songea Flint, tentant ainsi de distraire l’ignoble Vassilov (le possesseur de la précitée pogne et liquidateur notoire des pays communistes méchants) au cas où ce dernier puisse lire dans les pensées.

Mais que dalle ! L’autre n’entravait que couic !

Le gros Vassilov allait tirer c’est sûr. Mais quand ? Quand ?

Essayant de gagner un temps précieux avant de risquer une cascade qui pourrait marquer la fin tragique de ses aventures aventureuses et pleines de risques, Flint Bunch tenta d’entamer un dialogue qui, il le savait, pouvait vite tourner à l’aigre. Des gros mots risquaient même d’y être échangés :

« Arrête gros Vassilov, ne tire pas ! Et il ne te sera fait aucun mal ! AH ! AH ! AH !

-Mal ?

Fière Mongole

-Oui mal.

-Pourquoi mal ?

-Parce que ! Si tu tires tu ne t’en tireras pas. Et tu auras mal !

-Mal où ?

-Dans ton cul CRRCCRRCC !!!! Non je déconne ne tire pas, c’est à moi que ça ferait bien mal !! Alors pose ton joujou et on oublie tout d’accord ?

-Non

-Pourquoi non ?

-Vassilov doit tuer toi. C’est le maître qui a dit.

-Quel maître ? Le fourbe Troutchoze je parie ? Celui qui s’est allié à l’infâme Gratindri ?

-Je sais pas.

-T’es con ou bien ?

-Oui. Vassilov con.

-Bon écoute gros, on arrête les frais, tu vas te poser un peu dans le placard de la salle de bain et tu m’attends ok ? Non parce que mine de rien, avec ton affaire là, on est en train d’empiéter sur la place du « C’est lundi » de « Chez Audrey et moi ».

-Elle est où Audrey ?

-TU TE CASSES !!!

Hum … désolé mais à force d’être « sympa », la rédaction de Chez A&m commence à avoir des voisins un peu envahissants. Ceci dit ils ne sont pas bien méchants.

Un peu spéciaux peut-être. Bon …

Nous revoilà donc un lundi. Mais ça n’arrête jamais ?!! Qui a encore oublié de stopper le temps ? Qui s’acharne à retourner inlassablement le sablier ?

Remarque, il serait sot de ne pas se fabriquer, pour ne pas dire se faire, une raison. « C’est la routourne qui tourne » comme l’a dit un philosophe français du ballon rond, en culottes de peau.

Et on ne va pas passer des jours à en débattre. Si ça se trouve on ne passera même pas la nuit alors …

Mais ne songeons plus à de funestes présages. Pensons plutôt héritage.

Un homme avisé et c’est très courant chez un homme (non rien …) pensera à transmettre.

Son pognon est évidemment le bienvenu, mais pas que.

Son savoir, c’est un minimum. Au moins ses enfants sauront comment remplir leur déclaration mensuelle à Pôle Emploi.

Il peut aussi transmettre, pour exemple, à sa descendance :

sa fierté,

son honnêteté,

la gale,

la peste et le choléra qui se marient très bien,

sa foi en l’avenir avant le suicide à 40 ans,

ses bijoux de famille comme saintes reliques ou comme bouffe pour animaux,

ses trucs pour tricher au Yam’s …

Mais moi non.

Je n’ai pas d’héritier connu. Enfin aucun n’est venu me dire : « Tu es mon père ! »

De toute façon je lui aurais répondu : « Tu n’es pas mon chat imposteur ! » avant de le latter à coups de rangeos.

Donc je ne me sens pas l’obligation de transmettre. Quoique …

Tu sais quoi ? J’aimerais que le « C’est lundi » fasse des petits.

J’explique : tu choisis un jour de la semaine. Tu l’appelles « Le mercredi c’est maintenant » ou « Chouette les copines c’est jeudi ! » ou « Le vendredi c’est des raviolis ! » ou n’importe quoi. Tu trouves et paf ! Une fois par semaine (mais bon dieu qu’elle est belle !) Tu as ta chronique à toi !

Dedans tu y mets ce-que-tu-veux !!!

Alors fils ? Tu en dis quoi ?

Tu réfléchis si tu peux faire ça, tu m’écris et on en discute ok ? Je compte sur toi.

MINCE ! LES REVOILÀ !!!

Après un rapide pas chassé sur sa gauche, Flint Bunch enchaîna son mouvement avec une rotation de la hanche qui le plaça dans une position idéale pour tenter un audacieux salto arrière.

Ce qu’il fit sans que le gros Vassilov n’ait eu le temps de défourailler avec sa mitraillette.

Il faut préciser à sa décharge (publique) que le 357 Magnum (pas un Miko) s’étant enrayé le casque, il avait dû monter en totalité une AKA 47 de poche, ce qui, convenons-en n’est pas si aisé qu’on peut le prétendre dans les milieux dits « bien introduits » ou « autorisés ».

Bref, le gros avait intérêt à posséder de la vaseline.

Car l’épatante manœuvre de ce sacré Flint n’avait en fait qu’un objectif.

Se rapprocher du téléphone ! Et c’était réussi !

Il saisit le combiné et le lança avec une rare violence à la tête du gros Mongol des plaines !

Celui-ci l’esquiva pourtant d’une étonnante autant que gracieuse ondulation du bassin avant de s’esclaffer :

« Salut beau brun … « 

« HI ! HI ! Tu as manqué ta cible cow-boy capitaliste ! »

-Tu crois ture à bras ? Regarde plutôt derrière, gros phoque moche et sans cervelle !

Ce que vit l’hideux exécuteur de l’Est le glaça comme un gros Miko : sur le rideau de la fenêtre percutée par le combiné téléphonique Samsung s’étalait une tache jaune sanguinolente.

« KSÉCETRUC ? Interrogea hébété le gros Vassilov.

-Ce truc ? Tu veux dire CETTE truc. Et bien, c’est peut-être difficile à croire, mais cette « chose » est, ou plutôt était, la ravissante Kim Yun Nuy, une espionne miniaturisée de nos ennemis communs faces de citron si tu vois qui je veux dire.

Grâce aux dernières technologies que les yeux-bridés, si tu vois qui je veux dire, ont développées, ils croisent leurs meilleurs agents avec des insectes. En fait, ils les transmuent en mites ! Ils vont se marrer tes potes des steppes quand tu vas leur raconter que la meilleure arme de ta mission cela aurait été une tapette !!! AH ! AH ! AH ! Tu comprends ? Insecte … tapette … non ? AH ! AH ! AH !

Aka Setzer (pour lutter contre la migraine)

Laisse tomber et viens boire un verre. Allez sans rancune ! Nos chefs étaient d’accord sur le coup. Allez fais pas la gueule Vassilov ! C’est moi qui offre ! AH ! AH ! AH ! Insecte ! Tapette ! (rires de concert) AH ! AH ! AH ! HI ! HI ! »

Tout à une franche camaraderie virile, les deux nouveaux amis bras-dessus bras-dessous, gambadant en direction d’un estaminet auront-ils remarqué cette petite araignée noire qui semble les suivre du regard et de ses pattes ?

Non.

BISOUS HA ! HA ! HA !

Et tu peux m’écrire là :

ericrichard88000@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

C’EST LUNDI ! (Cherchez-pas, vous allez comprendre …) 06/11/2017

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

 

Vosgien commun des montagnes

Sérieux la chaleur ça énerve les gens et les animaux. Prends un Vosgien. Que j’estime être le meilleur exemple car, doit-on le rappeler, le Vosgien est une créature mi-homme mi-bête, produit d’une évolution lente.

Prends-le donc et expose le négligemment à des températures qui ne demandent qu’à avoisiner les 40°.

Et observe le. Si tu as le temps sinon, passe à autre chose. Mais ça vaut le coup d’œil. Appuyé comme il se doit.

Le Vosgien, d’un tempérament bonhomme mais quelque peu bougon, se montre d’habitude moyennement causant. En petite forme il grogne pour te transmettre tout l’amour qu’il a pour toi et en pleine bourre, il t’assène une claque dans le dos à t’expulser un poumon par la bouche et l’autre par le nez.

Vosgiennes racées

Mais ne v’la t’y pas boudiou qu’il devient bavard comme une perruche si tu le plantes en plein cagnard au Sénégal !

Cela dure quelques jours. C’est le temps qui lui est nécessaire pour expliquer à d’autres Français (en général du sud-ouest) ou à des Belges, qu’il n’en a rien à faire (car quand il sait parler, le Vosgien reste poli) de leurs pseudo-exploits qui se limitent à avoir une grande gueule (je suis Vosgien d’origine mal définie, c’est pourquoi je ne suis pas toujours poli). C’est ainsi que certains peuvent t’asséner sans rire, qu’ils ont traversé le désert de Mauritanie en mobylette avec 3 gouttes d’eau pour 4 personnes et que pour obtenir une gourde, ils ont été obligés de troquer la femme du groupe !

… non rien …

Ou qu’ils ont vu un serpent manger une chèvre en 2 minutes 23 secondes chrono mais que c’est dommage pour les photos parce que la pauvre bête (le serpent) avait déjà bouffé l’appareil auparavant.

Mais passés ces jours à répandre sa salive ailleurs que dans ses mains (comme d’ailleurs sa morve s’il ne l’a pas avalée), le Vosgien se crispe et sa moustache se flétrit.

Ça l’énerve toute cette énergie gaspillée à discuter, au lieu de l’utiliser pour couper du bois ou jouer du punk/rock.

Il monte tout doucement en agressivité. C’est ainsi qu’ il peut sans problème hurler « FUCK OFF ! YOU  BASTARDS !! SHUT YOUR FUCKING MOUTH !!! MOTHER FUCKERS!!! … » (car le Vosgien, quand il parle Anglais, connaît plein d’insultes) devant une école coranique située à 2 encablures de sa petite résidence africaine rebaptisée « Vologne sweet Vologne ».

Non mais c’est vrai quoi, c’est chiant 5 prières par jour. Surtout à 5 heures du mat’. Mince, si on ne peut plus se coucher tranquillement quand Paris s’éveille.

Il peut aussi accepter qu’un autochtone, appelons le « le gardien » et néanmoins ami, débranche un câble d’une moto parce qu’elle aussi le fait suer. Son pilote (de la moto pas du gardien) n’en parlons même pas, il est roux et donc inexcusable.

Puis petit à petit (car le Vosgien est petit avec un long torse et de courtes jambes), la créature hybride tentera de recréer l’environnement dans lequel il évolue (on l’a dit lentement) d’ordinaire.

On en a vu certains rouler avec des pneus neige, d’autres porter un bonnet et des moufles en peau de vache ou de zaubi (une variété de darou), certains encore demandent à se faire embaucher dans une filature.

D’aucuns vous affirmeront également qu’ils en ont surpris à se déguiser en Père Fouettard ou en Saint-Nicolas.

Bref cette phase, que l’on qualifiera de « N’importe quoi », peut durer longtemps. Presque jusqu’à l’infini mais  pas quand même. Faut pas déconner non plus.

Puisqu’ environ au bout de 211 ans (évolution lente oblige), le Vosgien s’acclimate.

On prétend même, que les plus brillants représentants de cette race ont appris jusqu’à 3 mots de Wolof et qu’ils ne disent plus « Megadeth ? » mais « nanga def ? » pour demander à un Sénégalais si ça va.

Ce qui reste à prouver …

En conclusion, la chaleur énerve. Mais pas tant que ça finalement.

Cela n’a rien à voir, mais tu as aperçu Audrey récemment ?

Vosgien commun des plages

Non ? Moi non plus.

Elle élève des chèvres tu dis !!???

Pas au Sénégal j’espère !?

Non mais c’est juste que le terrain n’est pas vraiment propice.

En plus, il y a des anciens légionnaires là.

Mais assez parlé de toi.

Parlons rentrée scolaire.

Je considère particulièrement injuste que nos enfants et nos compagnes soient obligés de subir cette même douleur, que l’on peut assimiler à « une boule au ventre », que nous avons ressentie, nous parents (j’ai eu 3 chats), à l’heure de « rentrer » à l’école.

Cela me semble profondément inhumain (et touche donc la moitié d’un Vosgien).

Mais bien entendu, dans les bureaux des ministères de l’Europe on est complètement déconnecté des réalités.

La solution est pourtant là, sous nos yeux. Non, pas des cernes sot-te (une inclusivité de «Chez Audrey et moi !!! »

Supprimons les vacances ! Comme cela plus de rentrée !

Mais nous n’en sommes pas la ma pauvre dame !

Soyons donc indulgents au moment de virer du lit  à coups de lattes, les ados endormis.

Plutôt que leur casser les tympans (notamment) d’un « C’est la rentré feignasse !!! », contentons-nous de leur glisser tendrement :

« Mon sucre doudou d’amour, lève-toi et tu pourras lire la nouvelle parution de chezaudreyetmoi.com ».

Et ça tombe bien « C’est lundi ! ».

Bisous … hum … du mercredi tiens !