C’EST LUNDI ! (Cherchez-pas, vous allez comprendre …) 13/11/2017

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

 

Le choix de Flint Bunch se résumait maintenant à deux options qui paraissaient également périlleuses :

Soit il se jetait par l’unique fenêtre de la chambre de l’hôtel miteux du quartier minable où il se croyait pourtant bien planqué depuis trois jours (mais l’issue étant vitrée, il devait espérer ne pas se couper en fracassant l’obstacle de la tête au passage et bien retomber sur ses pieds 5 étages plus bas dans une artère très fréquentée de Harlem-la-chapelle).

Soit il bombait le torse en espérant béatement que cela lui permettrait de repousser les balles de fort calibre que ne manquerait pas de cracher le 357 Magnum (pas un Miko!) qui semblait le narguer avec le gros trou de son canon.

Du sacré gabarit. Bien que l’énorme pogne qui tenait le flingue, fasse presque passer l’arme pour un pistolet à bulles.

« Tu parles de bulles ! » songea Flint, tentant ainsi de distraire l’ignoble Vassilov (le possesseur de la précitée pogne et liquidateur notoire des pays communistes méchants) au cas où ce dernier puisse lire dans les pensées.

Mais que dalle ! L’autre n’entravait que couic !

Le gros Vassilov allait tirer c’est sûr. Mais quand ? Quand ?

Essayant de gagner un temps précieux avant de risquer une cascade qui pourrait marquer la fin tragique de ses aventures aventureuses et pleines de risques, Flint Bunch tenta d’entamer un dialogue qui, il le savait, pouvait vite tourner à l’aigre. Des gros mots risquaient même d’y être échangés :

« Arrête gros Vassilov, ne tire pas ! Et il ne te sera fait aucun mal ! AH ! AH ! AH !

-Mal ?

Fière Mongole

-Oui mal.

-Pourquoi mal ?

-Parce que ! Si tu tires tu ne t’en tireras pas. Et tu auras mal !

-Mal où ?

-Dans ton cul CRRCCRRCC !!!! Non je déconne ne tire pas, c’est à moi que ça ferait bien mal !! Alors pose ton joujou et on oublie tout d’accord ?

-Non

-Pourquoi non ?

-Vassilov doit tuer toi. C’est le maître qui a dit.

-Quel maître ? Le fourbe Troutchoze je parie ? Celui qui s’est allié à l’infâme Gratindri ?

-Je sais pas.

-T’es con ou bien ?

-Oui. Vassilov con.

-Bon écoute gros, on arrête les frais, tu vas te poser un peu dans le placard de la salle de bain et tu m’attends ok ? Non parce que mine de rien, avec ton affaire là, on est en train d’empiéter sur la place du « C’est lundi » de « Chez Audrey et moi ».

-Elle est où Audrey ?

-TU TE CASSES !!!

Hum … désolé mais à force d’être « sympa », la rédaction de Chez A&m commence à avoir des voisins un peu envahissants. Ceci dit ils ne sont pas bien méchants.

Un peu spéciaux peut-être. Bon …

Nous revoilà donc un lundi. Mais ça n’arrête jamais ?!! Qui a encore oublié de stopper le temps ? Qui s’acharne à retourner inlassablement le sablier ?

Remarque, il serait sot de ne pas se fabriquer, pour ne pas dire se faire, une raison. « C’est la routourne qui tourne » comme l’a dit un philosophe français du ballon rond, en culottes de peau.

Et on ne va pas passer des jours à en débattre. Si ça se trouve on ne passera même pas la nuit alors …

Mais ne songeons plus à de funestes présages. Pensons plutôt héritage.

Un homme avisé et c’est très courant chez un homme (non rien …) pensera à transmettre.

Son pognon est évidemment le bienvenu, mais pas que.

Son savoir, c’est un minimum. Au moins ses enfants sauront comment remplir leur déclaration mensuelle à Pôle Emploi.

Il peut aussi transmettre, pour exemple, à sa descendance :

sa fierté,

son honnêteté,

la gale,

la peste et le choléra qui se marient très bien,

sa foi en l’avenir avant le suicide à 40 ans,

ses bijoux de famille comme saintes reliques ou comme bouffe pour animaux,

ses trucs pour tricher au Yam’s …

Mais moi non.

Je n’ai pas d’héritier connu. Enfin aucun n’est venu me dire : « Tu es mon père ! »

De toute façon je lui aurais répondu : « Tu n’es pas mon chat imposteur ! » avant de le latter à coups de rangeos.

Donc je ne me sens pas l’obligation de transmettre. Quoique …

Tu sais quoi ? J’aimerais que le « C’est lundi » fasse des petits.

J’explique : tu choisis un jour de la semaine. Tu l’appelles « Le mercredi c’est maintenant » ou « Chouette les copines c’est jeudi ! » ou « Le vendredi c’est des raviolis ! » ou n’importe quoi. Tu trouves et paf ! Une fois par semaine (mais bon dieu qu’elle est belle !) Tu as ta chronique à toi !

Dedans tu y mets ce-que-tu-veux !!!

Alors fils ? Tu en dis quoi ?

Tu réfléchis si tu peux faire ça, tu m’écris et on en discute ok ? Je compte sur toi.

MINCE ! LES REVOILÀ !!!

Après un rapide pas chassé sur sa gauche, Flint Bunch enchaîna son mouvement avec une rotation de la hanche qui le plaça dans une position idéale pour tenter un audacieux salto arrière.

Ce qu’il fit sans que le gros Vassilov n’ait eu le temps de défourailler avec sa mitraillette.

Il faut préciser à sa décharge (publique) que le 357 Magnum (pas un Miko) s’étant enrayé le casque, il avait dû monter en totalité une AKA 47 de poche, ce qui, convenons-en n’est pas si aisé qu’on peut le prétendre dans les milieux dits « bien introduits » ou « autorisés ».

Bref, le gros avait intérêt à posséder de la vaseline.

Car l’épatante manœuvre de ce sacré Flint n’avait en fait qu’un objectif.

Se rapprocher du téléphone ! Et c’était réussi !

Il saisit le combiné et le lança avec une rare violence à la tête du gros Mongol des plaines !

Celui-ci l’esquiva pourtant d’une étonnante autant que gracieuse ondulation du bassin avant de s’esclaffer :

« Salut beau brun … « 

« HI ! HI ! Tu as manqué ta cible cow-boy capitaliste ! »

-Tu crois ture à bras ? Regarde plutôt derrière, gros phoque moche et sans cervelle !

Ce que vit l’hideux exécuteur de l’Est le glaça comme un gros Miko : sur le rideau de la fenêtre percutée par le combiné téléphonique Samsung s’étalait une tache jaune sanguinolente.

« KSÉCETRUC ? Interrogea hébété le gros Vassilov.

-Ce truc ? Tu veux dire CETTE truc. Et bien, c’est peut-être difficile à croire, mais cette « chose » est, ou plutôt était, la ravissante Kim Yun Nuy, une espionne miniaturisée de nos ennemis communs faces de citron si tu vois qui je veux dire.

Grâce aux dernières technologies que les yeux-bridés, si tu vois qui je veux dire, ont développées, ils croisent leurs meilleurs agents avec des insectes. En fait, ils les transmuent en mites ! Ils vont se marrer tes potes des steppes quand tu vas leur raconter que la meilleure arme de ta mission cela aurait été une tapette !!! AH ! AH ! AH ! Tu comprends ? Insecte … tapette … non ? AH ! AH ! AH !

Aka Setzer (pour lutter contre la migraine)

Laisse tomber et viens boire un verre. Allez sans rancune ! Nos chefs étaient d’accord sur le coup. Allez fais pas la gueule Vassilov ! C’est moi qui offre ! AH ! AH ! AH ! Insecte ! Tapette ! (rires de concert) AH ! AH ! AH ! HI ! HI ! »

Tout à une franche camaraderie virile, les deux nouveaux amis bras-dessus bras-dessous, gambadant en direction d’un estaminet auront-ils remarqué cette petite araignée noire qui semble les suivre du regard et de ses pattes ?

Non.

BISOUS HA ! HA ! HA !

Et tu peux m’écrire là :

ericrichard88000@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s