C’EST LUNDI ! (Cherchez-pas, vous allez comprendre …) 27/011/2017

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

 

Nadine le bock !

Bon les petits rigolos et néanmoins grands amis ou l’inverse, je tiens à vous annoncer un truc.

Stagiaire vue de dos

Plus grave que la perte de ton premier amour, mais moins dramatique que son cancer :

devant mon manque de charisme et mon physique ingrat, vous avez jusqu’alors négligé de collaborer.

On ne vous demandait pourtant pas de vendre du beurre aux Allemands.

Au mieux de le négocier à prix d’envahi !

J’ai donc descendu dans mon jardin pour y cueillir du romarin.

Une phrase qui, à part nous remettre une comptine débile et touchante à la fois dans la tête, ne nous sert à rien.

Sinon à écrire (tu arrêtes de chanter STP c’est saoulant).

Bon ok si tu insistes, chante :

« ♫ Gentil coquelicot … ♪ Gentil coquelicot Mesdames … ♫

Non vas-y lâche-toi, on a tout notre temps ….

« ♫ Gentil coquelicot gna gna ♪ Gentil coquelicot Monsieur/Madame ♫

♫ Gnagannannananananana …♪

♫ J’ai descendu Lucien dans mon jardin … ♪

Stagiaire vue de profil

C’est bon ?

Je reprends la main qui maintenant sent le romarin (ce qui est un moindre mal) pour vous annoncer amis lecteurs de toutes feuilles, que dorénavant, bientôt, sous peu, vous disposerez d’un espace que l’on appellera dans un premier temps « Denosvoeux » pour faire simple.

Un espace incluant la particule « de  liberté », pour vous exprimer.

Cherchez-pas vous allez comprendre !

C’est dans le titre on vous l’a dit et repété (oui il manque un accent ça gêne quelqu’un ?).

Donc revenons à ton mouton. Une explication s’implose : PAF !!!

Dans une rubrique ouverte (dans le genre « courrier des lecteurs » mais on trouvera mieux comme titre) chacun pourra glisser un mot selon son humeur.

Et même davantage. Car essaye de mettre plusieurs mots à la suite. Tu obtiendras, si Roger le veut (Roger étant un des nombreux pseudonymes de Dieu) une phrase.

Stagiaire revue de dos

Exemple simple, rédigé exprès pour toi :

Tu te lèves le matin à une heure décente pour le petit déj’ avant apéro. Soyons larges, à 11 h 30.

Et soudain que constates-tu ?

Rien, parce que tu as les yeux collés ou parce que tu es trop con. Quand je dis con, je ne le pense évidemment pas … non quand même.

Je ne dirais jamais cela d’un potentiel prix Contoutcourt de « Chez Audrey et moi ».

Mais concourable ou non, ton premier réflexe de Paflof le chien, sera le suivant et on t’entendra dire, parce qu’un détail t’a tampiné autant qu’il te turlupinait:

(j’écris pour toi mais c’est la dernière fois)

« Punaise de bois de lit ! Eul fumier d’voisin a encore laissé pousser les branches de son pommier dans mon lopin de terre (j’extrapole tu ne parles pas aussi cuculment) ! M’en fous ! Tout ç’qui va gagner l’autre qui est con comme une valise sans poignée, c’est que j’m’en va le dire dans chez l’Audrey et dans l’moi ! Et à M’sieur l’maire si ça va pas ! »

Et là tu te calmes.

Après le café et le marc de Bourgogne (tu peux faire un canard avec le sucre) du petit-déjeuner agrémenté d’une andouille prête à virer, tu te poses et écris :

La douce fraîcheur automnale m’aurait sans doute revigoré et j’aurais eu la trique pour me guider, quand, nonobstant une forme de pressentiment, je sais cela peut sembler ridicule, me vint l’envie d’arpenter le périmètre de mon espace vital/jeunesse, si j’ose cette petite incartade à la bonne sémantique, à savoir mon jardinet de deux hectares.

Je devisais ainsi en bonne intelligence avec moi-même, malgré des sons saugrenus et ne mégotons pas, quelque peu stridents, émis par de petites créatures ailées, cousines peut-être des moineaux communs dans nos agglomérations civilisées, quand la foudre s’abattit sur moi !

Ouf!Ouf ! Je vous ai bien eus ! Je vous taquinais juste un tantinet. Rassurez- vous, mon corps d’athlète n’a subi aucun dommage.

Savez-vous que j’aurai bientôt 70 ans ? Non, laissez. J’ai l’habitude, personne ne me croit quand je dis ça. Mais rester jeune c’est dans ma nature.

La preuve : toutes les adolescentes Sénégalaises, que je présume prépubères, me trouvent beau. Elles me surnomment même Alain Lelong.

Stagiaire vue par elle-même

Alors que je me nomme Robert.

Bast !

Je continue mon récit épique qui me verra trébucher en glissant sur une pomme très mure, pour ne pas dire usagée et … 

STOP !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Si tu écris comme cela, tu es embauché.

Mais comme j’ai déjà la place, tu seras renvoyé durant ta période d’essai car copier ce n’est pas du « joli-joli » comme le disait la crémière de ma grand-mère qui n’a jamais vendu du beurre aux Allemands. Même après 3 orgasmes (puisses-tu ma sœur me pardonner !).

Alors pour être honnête jusqu’au bout du marabout, j’avoue un désarroi qui pourrait se transformer d’ici peu en constat d’échec.

Le mien.

J’assume.

Tout.

Tout du moins ce qui est justifiable. Le cancer de ton premier amour par exemple, je n’y suis pour rien.

Ta chaude-pisse à la limite, mais pas plus.

Oui donc, « Chez Audrey et moi » je l’imaginais, en compagnie d’ Audrey, plus fourni.

Plus alimenté par des rédacteurs, des photographes, des dessinateurs, des vidéastes des trublions de tout genre. Que cela vive ! Que l’on descende dans ton jardin !

Résultat à l’instant T (comme le disent les fans de Ford), j’ai créé et tué :

Kevin, Jean-Pierre, Geneneviève, Jeannot, la saga de Skrypffe. Et j’en oublie.

C’est moche et c’est certainement parce que je m’y suis suis mal pris.

YÉ NÉ SOUIS PAS OUNE MACHINE ! Non plus …

Et malgré moi, j’ai un peu vampirisé le blog avec le « C’est lundi ».

Que j’aime.

Mais remettons l’église près de la mosquée au centre de nulle part et tout ira mieux.

Une rubrique vous sera d’ici peu proposée. Vous pourrez, comme dit précédemment, vous y exprimer.

On verra …

Et juste pour ajouter une nouveauté, nous avons recruté un panda.

Analyse du CV de la stagiaire par notre nouveau chargé de recrutement

Si !

Avec une tâche délicate. Renvoyer (ou non) les stagiaires de « Chez Audrey et moi ».

Un job délicat s’il en est.

Bisous

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s