C’EST LUNDI ! (Cherchez-pas, vous allez comprendre …) 26/03/2018

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

 

Publication exceptionnellement déconseillée aux mineurs de fond en raison de risques de coups de grisou ou de chose dans le fion.

AVERTISSEMENT :

Ce « C’est lundi » est écrit alors que je suis muni de lunettes de soleil.

Rien de grave.

Cela pourrait entraîner toutefois quelle fautes de froppe.

En fait, j’ai récupéré des Ray-Ban et depuis, je ne les déchausse plus.

Coincées dans un canapé qu’elles étaient ! Perdues par un touriste batave (ou burkinabé je confonds toujours).

Quelle idée de se perdre dans un canapé me direz vous en chœur, la bouche en cul de poule !?

Je ne vous répondrai pas.

Car la question toute affirmative qu’elle fut, est aussi sotte que grenue (comme le disait mon père quand il n’avait pas oublié d’avaler un clown).

Dont acte (comme hurlait mon père après absorption de drogues et s’imaginait en directeur de théâtre et non de piscine).

En fait, il y a au moins une raison pour que je porte des lunettes de soleil : c’est qu’ici il y a du soleil.

Imparable non ?

J’aurais pu prétexter que j’étais devenu aveugle, mais tu aurais braillé au scandale, à l’imposture et à la moquerie.

Bonjour FB!

Normal, tu n’es pas très zentil (désolé pour cette faute de fruppe je porte des Ray-Ban trouvées dans un canapé je te le rappelle).

Comment s’est passée ma semaine me demanderas-tu ?

Là je te réponds, mais uniquement parce que la question m’intéresse.

Écoute franchement … bien. Plutôt très bien merci.

Deux Spinaliens, à savoir des habitants de la capitale des Vosges, sont venus.

Ils ont vu. Et ils sont (trop vite) repartus.

Lui, a été très sympa mais un peu malpoli. En effet, il a vaincu au Yam’s et à la pétanque.

Ce qui fait un peu beaucoup pour un hôte convenons-en.

Il ne s’est pas montré très zentil sur le coup.

Elle, à fait preuve de plus de mesure. La mini souris a perdu au Yam’s et n’a pas joué à la pétanque.

J’aime FB

Elle a été très zentille comme fille.

En plus elle m’a coupé les cheveux. En quatre temps trois mouvements.

Tu verrais ça fait bien avec mes Ray-Ban.

Ici il n’y a pas eu d’attentat. Ce qui est plutôt reposant.

J’ai tout de même écrit une chanson dans laquelle ça dit notamment :

♪ Daesch ! Daesch ! On t’encule ! ♫

Sur l’air des lampions que l’on entend parfois dans les stades de football  où les supporters respectueux connaissent leurs classiques.

Ce qui est drôle, c’est que j’ai écrit ma chanson trois jours avant que le baltringue sans couilles n’aille faire ses courses à la mort au Super U de Trèbes .

Cocasse non ?

Bien entendu, il n’y a aucune relation de cause à effet.

Mais comme c’est un peu intriguant cette histoire, j’ai dans la foulée commencé à composer une autre chanson plus légère.

Elle dit à un moment :

♪ Le loto, c’est très simple ! Et ça peut rapporter cent patates ! ♫

(Spéciale dédicace à Jérôme, fan des INCONNUS de la première heure. Juste après sa naissance en fait …)

Mais trèbe-s de plaisanteries (aïe faute!).

Pour info et parce que ça m’énerve aussi, je me dois (dans le nez juste pour dédramatiser un tantinet) de vous le dire :

Les articles du blog « Chez Audrey et moi » sont automatiquement dirigés vers une page Facebook dédiée à cette publication qui s’est dotée d’un prénom et d’un pronom avant de se faire un nom.

Donc, le précédent « C’est lundi » a naturellement suivi le chemin du câble et/ou du satellite pour se retrouver sur le fameux « réseau social ».

Il y a paru. Mais pas très longtemps.

Car la photo qui apparaissait, issue de la chronique, laissait se dévoiler plutôt artistiquement d’ailleurs, la poitrine nue d’une femme sur une plage.

Foulala !!!

Supprimée par FB la publication !

En réaction, Audrey m’a imposé de mettre plein de photos de cal et de bytes cette fois-ci. (Audrey excuse-moi s’il te plaît!)

En veillant bien à insérer un cliché zentillet à la fin (celui qui devrait être diffusé sur FB, c’est technique).

Perso je vais tenter un minou.

Et comme ces gens là de la censure ne lisent pas, même dans leur propre pensée, on pourra toujours tenir des propos haineux, discriminatoires, xénophobes, racistes, antisémites, homophobes, dire « Allez l’Om » ou d’autres choses révoltantes, RAB !

Après et vous le savez, ce n’est pas le genre de la maison.

Mais quelle bande de glonds chez Focebiik ! De vrai abrutas …

Allez … plein de gisous avec la mangue (si tu n’aimes pas, tu choisis ton parfum préféré).

 

 

 

Publicités

C’EST LUNDI ! (Cherchez-pas, vous allez comprendre …) 19/03/2018

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

 

Ce n’est ni fait … ni fait.

Autrement dit, ce n’est pas dans la poche cette entreprise !

Quoi donc ? me demanderez vous en roulant tellement les yeux qu’on se croira au tirage du loto.

Et je vous répondrai (car la politesse c’est pas de la merde putain !).

Stagiaire après acceptation de sa candidature

Je vous répondrai, mais pas maintenant. J’ai à faire.

Cette entrée en matière, percutante comme une joueuse de rugby de l’équipe de France, masque en réalité la nonchalance qui m’habite (au cirage) en ce dimanche soir romantique.

La nuit est tombée de haut et tout est noir comme un trou du cul à Dakar.

La nuit est douce. ♫ Elle est sauva-a-ge ♪ comme le chantaient brillamment (ils chantaient sous une boule à facettes) je ne sais plus qui dans les années 80.

En fait je sais qui c’est mais ne comptez pas sur moi pour dénoncer les Avions.

Galets rien

Restons courtois diantre !

Mouais …finalement c’est chiant d’être poli. Ça fait (séné) galet lissé par le sac, le ressac et le gros sac.

Et la condition d’un galet n’est pas forcément enviable. Tu roules. Un coup vers le haut, un coup vers le bas. Un coup mouillé un coup sec. Certains te balancent à la flotte quand tu es petit pour voir combien tu fais de ricochets avant de couler.

Après il te faut un temps fou pour remonter et retrouver ta colonie de galets.

Et ça continue encore et encore …

Chauve NI

Et tiens ! En plus les fans de Francis Cabrel s’allongent nus sur toi depuis l’inoubliable tube du moustachu ami des taureaux, « Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai ».

C’est chiant d’être poli aussi quand tu es chauve. Ça réverbère, entre autre chose, les rayons solaires. Tu éblouis les gens. C’est gênant. Laisse toi pousser les cheveux !

Mais revenons à mes moutons. Moutons qui je dois l’en féliciter, sont bien gardés par ma bergère.

La vie s’écoule donc gentiment au Sénégal. Ce qui j’imagine, te fait une belle jambe (l’autre ce sera pour demain).

Il fait bon chaud. Ni trop ni trop peu. Bon tiède quoi.

Dans la capitale, de vieux toubabs traînent dans les bars. Ils draguent des putes en croyant que ce sont de jeunes étudiantes qui ont bien du mal à payer leurs études. Et qu’elles sont là pour oublier leur dure vie avec un père mort, une mère handicapée et 83 frères et 2 sœurs en bas âge.

Alors ils aident un peu. Ils donnent quelques billets. Mais ce n’est pas assez. Alors ils redonnent un peu.

Et la fille avoue au vieux toubab qu’elle est amoureuse de lui.

Que s’il veut bien d’elle (la tout de suite maintenant) elle aimerait éperdument qu’il l’épouse car elle n’a jamais connu un homme aussi gentil et aussi … beau ! Et qu’elle lui fera de très jolis enfants.

Et lui est ému. Il a pitié de ce tissserin tombé du nid. Et comme elle a un joli cul de 16 ans, alors ils se marient (la tout de suite maintenant le temps de rassembler la famille, les amis, les marabouts (en train), les cadeaux, les moutons …).

« Taxi? »

Ailleurs des jeunes talibés arpentent les rues avec un petit seau. Ils ont permission de minuit pour mendier.

Les taxis klaxonnent tout ce qui ressemble à un blanc. Tu leur fais un signe que non, tu n’as pas besoin de leurs services.

Alors certains s’arrêtent et par la vitre te demandent « Taxi ? »

Des vendeurs de cartes  Orange te vantent la dernière promotion de 200 %.

Tu vas acheter 3 clopes à la boutique la plus proche.

Tu fumes en regardant le ciel étoilé qui ne te rappelle pas celui des Vosges.

Tu vis doucement. Tu vis quoi …

Mais stop à la déconne, parlons sérieusement.

Commençons par toi qui me semble-t-il est un sujet sérieux. Ou plutôt devrais-je dire un cas sérieux ?

Le train de la vie … (Emma Benji)

Il paraît que tu te plains de ne pas pouvoir rouler à plus de 80 km/heure sur la neige pour attraper un train qui ne partira pas ?

Quel bougon tu fais ! Sérieux !

Continuons par le sens que tu donnes à ta vie.

Aucun ? … Tu vois quand tu veux ! Tu sais être raisonnable.

Mais assez parlé de nous, dégoisons sur ton voisin. Tu vois duquel je parle bien entendu.

Quel pauvre type quand même quand tu y penses. Et sa femme ! Pff ! Celle-là il faudrait la faire taire. Ou l’enfermer. Tu m’étonnes qu’avec des parasites comme ça les enfants soient aussi cons.

Des futurs voyous oui !

Mais déjà le jour naissant, lundi donc, me titille.

Car rapide (Dakar)

Que vais-je faire qui pourrait faire avancer un peu le schmilblick (tu as déjà écrit schmilblick?) à défaut de sauver l’Humanité ?

Aider une grand-mère à traverser la route ? Non. Trop risqué, les cars dits rapides sont ici de véritables armes d’écrasement massif.

Signer une pétition pour autoriser l’abattage des animaux du zoo de Dakar ? Non, je suis trop sensible. Je pleurerais en voyant Jules (un copain zèbre) se faire fusiller sans m’avoir mordu une dernière fois. Par contre je ne serais pas contre un désossage de genoux.

Me lier d’une camaraderie bien innocente avec une étudiante désœuvrée ? Non. Je suis déjà marié.

Donc que faire ?

En fait j’ai deux options :

soit je termine les paroles d’une chanson toute neuve et j’avance fort dans la conception du morceau qui n’a pas plus de nom que mon groupe ;

soit je ne fais rien.

Mais comme j’ai une guitare … je vais privilégier la première option.

Et toi ?

Tu sauves l’Humanité et tu restes poli ? Je t’envie parfois.

Bisous pleins de peps’ !

 

C’EST LUNDI ! (Cherchez-pas, vous allez comprendre …) 12/03/2018

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

 

 

Salut  à toi nubile jeunesse !

Tu biches je le sens. C’est bientôt le printemps et tu bourgeonnes une nouvelle fois. Remarque ça te change (en bien) du reste de l’année. D’habitude tu bougonnes. Ne dis pas non, tout le monde le sait.

Tiens il faut que je te dise : on a reçu une drôle de missive à destination de la rubrique  courrier des lecteurs de « CAem ».

Elle est signée d’un incertain César BILAMBIANCE, un pseudo qui certes, en vaut bien d’autres.

Mais plutôt qu’en parler tout à trac, vous le voila livré in extenso;

un conseil, prends ton temps, c’est touffu comme une barbe  de bucheron

Canadienne qui fait pipi
Photo d’illustration

Bonsoir à vous Chez Audrey et Moi,
De vos billets hebdomadaires d’humeur, ma ligne, se rempli de lettres à défaut de chiffres, étant addict au Sudoku, la tête au Nord.
Peu importe si c’est le moment ou le popâ, ce qui compte avant tout, sèche ou grasse, c’est bien la poésie qui l’emporte, bagages ou pas.
Brain dad de morue en plat du jour, qui n’arête, n’est pas un poisson, même s’il l’anguille son retour.
J’ai toujours pensé que les Naturophates ne s’épilaient pas les jambes. Et que le Colonel Trautman aurait juste eu besoin de dire : « Rends toi, Rambo, c’est plein d’orties !!! », pour que ce dernier se rende et que le film s’arrête, en queue de poisson.
Rambo bine, avec son œil de tigre et laisse sortir un énorme rot, qui, bat le boa à plate couture, comme un avion sans ailes et sans lui.
Au final, n’est t il pas meilleur de finir enterré ? Cela permet au moins, d’avoir toujours un ver dans le nez.
Bises du Québec à toute l’équipe cool, mais potentiellement révolutionnaire, et pensée à mon cousin français en finissant par les paroles de notre chanson de famille : « Ma grand-mère aimait bien les oiseaux, les oiseaux aimaient bien ma grand-mère… »
César BILAMBIANCE ex pat à Caribouland, et lecteur fidèle de votre rubrique. Merci !
Ci-joint ma photo

Que penser que dire ? Proposer à César Bilambiance une chronique régulière par exemple ? Là vous pouvez certainement nous aider. Donner un avis sur ce drôle d’oiseau canadien (un dindon sauvage dit dodo ?) éclairerait sans doute « Chez Audrey et moi ».

Je ne veux pas vous transmettre mon sentiment pour ne pas vous influencer. Donnez le vôtre, sachant qu’au final Audrey décidera. C’est sa façon de pratiquer la Démocratie.

Ok passons aux choses encore plus sérieuses.

Aujourd’hui, nous fêtons les Justine.

Oui Justine. Pas Gertrude. Justine quoi. Tu as oublié qui était Justine ?

Tu fais semblant de ne pas comprendre ou tu as réellement zappé?

Le doute m’habitant comme toi la sournoiserie, je mets le doigt là où ça fait du bien.

Donc Justine :

Justine ou les Malheurs de la vertu est le premier ouvrage du marquis de Sade publié de son vivant, en 1791, un an après avoir été rendu à la liberté par la Révolution et l’abolition des lettres de cachet. C’est aussi la deuxième version de cette œuvre emblématique, sans cesse récrite, qui a accompagné Sade tout au long de sa vie… nous dit Wikipédia.

En résumé, la jeune Justine a priori vertueuse se prend tout dans la tête (et ailleurs) depuis qu’elle est ado et qu’elle a été virée du couvent parce qu’elle était devenu(nue) orpheline. Et ça continue encore et encore jusqu’à ce qu’elle soit bêtement foudroyée dans la forêt alors qu’elle pensait naïvement pouvoir enfin profiter peinard de son existence.

Comme quoi la vertu ne paye pas toujours.

Après … Sade c’est pas mon truc. Maso non plus.

« Hi ! Hi ! C’est rigolo dénoncer ! « 

Mais Justine a un petit côté printemps coquin je trouve. Un air mutin de trousse-culottes.

Mais ne nous énervons pas trop. Sinon le Rassemblement pour la France nationale de Pétain va nous dénoncer !

Profitons plutôt de ce lundi au soleil que Claude François n’avait jamais vu. Trop occupé sans doute à martyriser ses collaboratrices ou à boire l’eau du Nil ce sot.

Regardons pousser les perce-glace (les perce-neige ont muté) !

Faisons les cons ! Amusons-nous ! Courons nus dans les églises et les mosquées ! Entartons les Iman et les curés ! Et Monsieur le maire! Et ton chat ! Et les poissons surgelés ! Et les chasseurs ! Et les grooms ! Et l’amour de ta vie ! Entartrons nos dents ! Nos machines à laver ! Écrivons n’importe quoi !

« T’as vu? Ça me fait une grosse tête et un petit corps »

C’est bon tu es calmé ?

Non ? Bien je le note.

Perso je vais jouer un peu de guitare. Je travaille … moi !

Bisous sans les mains.

C’EST LUNDI ! (Cherchez-pas, vous allez comprendre …) 05/03/2018

od et moi jukebox Capture♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Dans mon lit♫! Hein ! Hein! Hein! Hein !

♫C’est lundi !♫Hein ♫! Hein ♫! Hein! Hein ♫! ♫

♫Envie de pipi …♫

Chouffe la différence :

Là je tape avec un vieux clavier USB …

C’est lent tu ne trouves pas ?

Et maintenant attention bientôt …

… nouveau clavier USB !!! Attends je le mets en place … vouaaalà !

J’écris n’importe quoi, juste pour que tu vois la différence …

Oui alors bonjour tout ça oui ça va et toi ça va ? Euh voilà … et ta voiture moche ça va ? Tu quoi ? Tu tunes ? Oui c’est cher j’imagine. Et sinon demain tu fais quoi le jour de la Sainte-Colette, tu la promènes en mobylette ?

Ça te rappellera la petite Huguette. Je dis ça je ne dis rien mais aujourd’hui on fête les Olive (celles qui avalent la salive ?).

CV (anonyme) de stagiaire

À l’apéro sans doute.

Alors ? T’as vu ? Vachement plus rapide non ?

Avec un nouveau clavier USB comme ça, tu peux partir à la guerre en oubliant ta bite et ton couteau, tu t’en sortiras quand même.

Tellement mieux …

Tu veux que je te parle de qui ou de quoi ce lundi ?

Car ce n’est pas le tout d’avoir du matériel neuf et performant, il faut bien s’en servir bien ! Ou il vaut mieux s’en servir bien (?) même si « le mieux est l’ennemi du bien ! » comme le hurlait volontiers Voltaire à chaque cuite volontaire (il déprimait) avant de poursuivre Zadig du cul.

Tu me dis si je vais trop vite.

Ok ok, comme d’habitude, tu attends que je te mette tout dans le bec (en tout bien tout honneur évidemment). Ce n’est pas trop ton genre de participer activement.

Camions-zombies

À « Chez Audrey et moi » s’entend.

Je sais ainsi de source sure que tu t’investis beaucoup dans la comptabilité de l’ « Association pour le repas du joyeux loto péteur de la fanfare rieuse de l’aïkido-club et de la foire aux pattes de poules poilues  de Gerbois/Fès et environs ».

C’est ton droit le plus absolu ceci-dit.

Mais donc, tu ne me proposes pas de thème de discussion.

C’est ton choix.

Bonne fête Olive !

Sois tout de même conscient que ce faisant, ou plutôt ce ne faisant pas, tu me laisses un champ libre de droit pour écrire n’importe quoi !

Ce à quoi sans vergogne, je vais illico m’empresser. (Ouah la phrase!!!)

Je commence par mon groupe de musique qui je l’avoue sous la torture, est le meilleur du monde et cela va être prouvé scientifiquement dans les siècles à venir.

Tout va très bien, tout va très bien. Pourtant il faut, il faut que je vous dise (Madame la marquise) :

la dernière répétition ne s’est pas mal passée.

Elle ne s’est pas passée du tout.

Le bassiste s’est blessé à une épaule en battant le record du monde de lancer de camion free style, le « lead-guitar-hero » a mangé sa main parce qu’il avait faim, le batteur a perdu son pied-bot et la saxophoniste as tiqueuse de cuivres a avalé une trompette !

Perso je suis toujours au Sénégal (dont vous connaissez la capitale) et j’apprends des paroles de chansons au fond de la piscine en petit string marine (il m’arrive aussi souvent de jouer sur une guitare électrique sans sangle, sans médiator, sans ampli et sans couteau).

Bref on attend des jours meilleurs …

« On avait dit un string !!! Viré le stagiaire ! »

Je peux aussi te causer de la joie qui va m’envahir demain soir quand à l’issue d’un match parfait, le gentil Paris-Saint-Germain aura éliminé le méchant Real de Madrid en 8ème de finale retour de la Ligue des champions de football.

Ça te ferait plaisir que le PSG élimine le Real non ?

Tu t’en fous en fait ? Bien je le note …

Tu as certainement plus et mieux à faire avec le secrétariat de l’ « Association des amis du comité de sélection de Miss Peggy de Romarin-lès-Touffes ».

C’est ton choix.

Tiens parlons du temps (pour changer).

Moi ça va. Juste un petit souci, l’eau de la piscine en bord d’océan n’atteint les 26° qu’à partir de 13 heures. La faute au vent léger.

MOUHAARRFFF !!!!

Non. Stoppons là.

Le sujet est clivant (adjectif à la mode je trouve) …. surtout en France !

« Ouais heu … chez moi il a fait -10 !

  • Frime pas, chez moi c’était -15 !

  • Ouais mais t’avais pas 2 mètres de neige !

  • Non mais chez ma voisine il y avait du verglas ! Et toc !

MOUHAARFFFHIHIIIIII !!!! Hi ! Hi !

Tu vois quand on me laisse la possibilité de faire n’importe quoi, je la saisis.

Comme une bonne viande au barbecue.

Mouarf. Huf !

NB :

Je compte sur vous pour ne pas dévoiler mes activités présentes à ma Conseillère Pôle Emploi.

Une femme exceptionnelle je dois le dire et le redire.

Alors que grâce à mon nouveau clavier USB je vais pouvoir avancer grandement dans la rédaction de mon roman et ainsi démarcher plus aisément auprès de distributeurs en Afrique de l’ouest, la divine agent du service publique (dont l’utilité n’est plus à louer) me croit aux Seychelles.

Je vous demande donc de préserver sa candeur.

J’aimerais pour finir, envoyer un petit message à la Mort :

« Tu n’es qu’une grosse conne de merde et je ne pleurerai pas quand on aura ta peau ».

Bisous spéciaux aux amis et à Audrey