Vive l’Anarchie-chie !!!

ode et moi rack seul

Vive l’Anarchie-chie !!!

Bonjour-jour-jour, ça va-va-va ? Moi ça va pas-pas-pas.

C’est quand je parle-arle-arle !

Ça s’entend-tend-tend ? Oui hein-hein-hein. Ça m’énerve-nerve-nerve.

Hier j’ai passé une audition-tion-tion. Avec un groupe punk-punk-punk.

Je leur ai dit qu’ils jouaient trop fort-fort-fort et ils m’ont traité de pédale-dale-dale.

Depuis je résonne-onne-onne.

Ça m’énerve-nerve-nerve.

Attends, je baisse la durée de l’écho-cho.Voila-la.

Je baisse le son de l’écho-cho.od et moi wild cat

ÇA VA MIEUX MAINTENANT !!!?? NANT-NANT !!??

QUOI ? LE VOLUME SANS L’ÉCHO ? – CHO ?- CHO ? – CHO ? – CHO ? – CHO ? – CHO ?CHOCHOCHOCHOCHO….

Pfff …- fff, c’est bien là-là?

Oui-oui, mais ça fait drôle quand-même – même, j’ai l’impression d’être deux-deux dans mon corps-corps.

Et demain j’ai une autre audition-tion. Avec un groupe-oupe de trash metal-tal.

Il parait-ait que le batteur-teur, il a une double pédale-dale de grosse caisse-caisse.

Ça promet-met …

 

ode et moi guitare rack tigron blanc P1040744

Publicités

Pauvre Ernest !!!

Mon copain Ernest, il n’a jamais eu de bol. Son prénom, passons, il y a pire. Comme Odilon par exemple.

Déjà, Ernest il est né avec 6 doigts de pieds… en tout. 4 d’un côté 2 de l’autre !od et moi love moi

Mais le problème c’est que ses mains c’était pareil. Il avait 6 doigts de pieds aux mains.

Au foot c’était cool, l’arbitre ne sifflait jamais main, mais au quotidien c’était galère.

Surtout les réflexions quand il était jeune, du genre : « Ernest ne mets pas tes orteils dans le nez ! » il faisait « des pieds et des pieds, ou « jeux de pieds, jeux de vilains ! » Ça rimait pas … ou même quand c’était gentil « tu veux un coup de pied Ernest ? » Ça faisait mal.ode et moi poule Capture

Bref, il ne commençait pas trop bien dans la vie.

La suite est du même tonneau (d’ailleurs il a fini alcoolique) : sa mère est morte en battant son père. Ils jouaient tous les trois aux « petits chevaux » et la mère a dit : « J’y suis presque ! J’y suis presque ! Ouais, ouais ! j’y suis j’y suiiiiiss!!!!!! », Le père a pas supporté qu’elle soit première … alors il l’a éventrée.

Ça l’a marqué Ernest. Il ne supportait plus l’idée du sang. C’est pour ça qu’il n’a pas été pris chez les légionnaires. Fallait chanter : « Tiens voila du boudin, voila du boudin, voila du boudin ».

Après il a voulu se suicider. Il s’est jeté d’un petit train pour les touristes et il s’est fracassé la tête.

Y a fallu la changer. Mais l’équipe de chirurgie s’est plantée. Ils lui ont greffé une tête de poule.

En plus elle était trop petite, ça faisait moche. Alors il mettait toujours une casquette qui tenait mal parce qu’il n’avait plus d‘oreille.

Ernest a fini bouffé dans un zoo par un phoque. Les scientifiques ont dit que c’était le seul cas au monde.

Il me manque Ernest. Je me souviens quand on allait picorer un bout ensemble au parc du château.

Moi je prenais souvent un hamburger, lui des vers. Comme une poule, il n’avait pas de dent …

Pauvre Ernest !

 

 

Certains jours …

Certains jours, tu te demandes pourquoi te lever. Mais t’es pas bien au lit, sauf quand tu dors.

Attention ! La dépression te guette, la sournoise, la vile, la moche…

Alors que faire ? Me demanderez-vous, comme si j’étais un spécialiste.

Soit, je réponds. Pas comme un vers qui répondrait « soie » le sot.

Tu n’as qu’à te lever à moitié en somnolant pour aller pisser (ou fumer, ou les deux) !

Hé oui !

Tu sais ainsi pourquoi tu te lèves mais tu dors encore un peu.

Prends garde tout de même à ne pas tout mélanger. Certains ont sali leur couette en ne respectant pas l’ordre. D’autres ont foutu le feu à leur lit, sans pouvoir l’éteindre parce qu’ils avaient fait pipi ailleurs avant !

Tout est dans la nuance et la finesse pour repousser cette saloperie de dépression !

Quelques remèdes simples et néanmoins (pardon, mais j’avais envie d’écrire néanmoins) antidépresseurs :

Avoir un bon compte en banque et/ou être jeune et beau (ça aide pas mal).

Etre idiot, voire con. Ne dit-on pas :

« Heureux les simples d’esprit qui comme Ulysse n’aiment pas le fromage ! » ?

On peut aussi être gai, amoureux, avoir envie d’aimer, de donner, de partager … mais ça, peu de gens le savent. Pourtant, partager ses dividendes, ou sa femme par exemple, ça ne coûte rien aux riches!

Pour les pauvres, c’est plus glauque, je vous l’accorde (et je ne parle pas des enfants…)

Non, c’est vrai, la dépression, cette truie aux yeux vairons, touche même les plus grands.

Demain matin, je lisais (oui, j’anticipe un peu) dans l’Équipe (l’équivalent de la Bible ou du Coran pour les sportifs) un article sur Michael Phelps.

photo l'avenir.net
photo l’avenir.net

Un coureur dans l’eau. Un nageur quoi…

Pour ceux qui ne connaissent pas Michael Phelps, (que l’on appellera Michou si ça ne vous dérange pas) et bien sachez que c’est le plus grand coureur dans l’eau humain que le monde ait connu !

Non pas 16, non pas 17, mais 18 médailles d’or aux jeux olympiques qu’il a remportées Michou !!!

C’est simple, une fois jeté dans l’eau, pendant les courses (il avait le temps d’aller au Simply), il remontait la tête une fois pour une photo, il resoumarinait et hop, il remontait au sec ! Prem’s à tous les coups !!!

Parfait ! Ou presque… Parce que Michou y picolait. Même qu’il s’entrainait parfois avec la « gueule de bois » (une amie à lui).

Il aimait faire la fête quoi. Mais il s’est fait choper en train de conduire bourré et il a plongé. Sauf qu’il n’y avait pas d’eau et il a eu mal à la tête…

Vous me direz, rien de déprimant à cela. Je vous répondrai (car je suis poli) si, l’édito du rédac. Chef de L’Équipe. C’est consternant. Extrait : «  Parce que, au-delà du cas Phelps, elle nous renseigne (cette histoire NDLR) sur la solitude du champion ultime, contraint parfois de se réfugier dans les addictions pour combler un manque affectif… »

BEIJING - AUGUST 14: Michael Phelps of the United States competes in the Men's 200m Individual Medley Semifinal 1 held at the National Aquatics Centre during Day 6 of the Beijing 2008 Olympic Games on August 14, 2008 in Beijing, China. Michael Phelps of the United States finished the race in first place in a time of 1:57.70. (Photo by Mike Hewitt/Getty Images)
(Photo by Mike Hewitt/Getty Images)

Et de nous parler ensuite de «… relation brouillée avec son père …»

???

Putain, là c’est grave !

Quand tu vois la tête de champions de certains dépressifs, tu vas pas chercher midi à 14 heures !

Tu t’occupes pas du chapeau de la gamine !

… la solitude du champion ultime… non, mais oh ! Ça va toi ?

… la solitude du champion ultime…

Vaut mieux se coucher que lire ça !!! Ou aller à la piscine …

Avance Hercule !

 

od et moi pif Bernie12516191_1733135230249037_1825549849_n
Dessin:Bernie

Cette nuit j’ai rêvé de Pif Gadget.

Pourquoi ? Je n’en sais rien. J’ai acheté un dictionnaire des rêves, mais ballepeau ! Rien sur Pif Gadget.

J’ai essayé de décomposer :

Pourquoi Pif ?… Pouf ? Non. Puf ? Non plus. Paf, non, Pef niet. Gros nez, mouais, j’ai un ami qui correspond à la description mais non.

 

Pourquoi Gadget ? Ah, peut-être le magasine de heu… bricolage que j’ai parcouru ?

Non.

Parce que Pif Gadget est une publication communiste ? Non,non,non,non,non, je ne comprends pas.

C’est aussi con qu’un œuf carré mon histoire. Tiens au fait, tu te souviens du gadget des œufs carrés ? (On se tutoie hein, parce qu’on dirait qu’on était jeunes et qu’on lisait Pif Gadget, d’accord copain ?)

Donc, on construisait une petite boite cubique en plastique et il y avait comme un pressoir au dessus.

Ensuite, il suffisait d’attendre que sa maman aille faire des courses ou voir son amant, bref, qu’elle s’absente.

Là, direction la cuisine où l’on allait se faire cuire un œuf. Cuit dur l’œuf.

Et t’as remarqué, un œuf dur c’est mou !od et moi oeuf

Profitant de cette mollesse, il suffisait d’introduire l’œuf dans la boite, de le presser un peu et de le balancer dans le frigo !

Et, quelques 2 heures après, devant nos petits yeux ébahis, ce qui aurait pu devenir un poussin (je n’ai pas trouvé de synonyme pour œuf), s’était transformait en cube.

Ce qui, convenons-en, relevait du fantasme.

Sans parler du cul de la poule, la pauvre, ça doit faire mal !

Mais tout cela ne me dit pas pourquoi j’ai rêvé de Pif Gadget…