Jeannot « le merdeux » … et son puits

Jeannot « le merdeux » … et Baffie

chez od et moi jeannot

Note du rédacteur : Oreilles chastes S’abstenir ! Jeannot « le merdeux » , s’exprime avec un langage particulièrement fleuri. Jeannot c’est un « vieux de la vieille » version crado. Et sa solitude n’arrange rien. Veuf, il a aussi perdu ses amis, victimes très certainement d’abus de libations. Ce qui n’empêche pas Jeannot « le merdeux »  de perpétuer la lignée des vieux chieurs en milieu rural !

« Fumiers de lapin ! Tas de bouses ! Trous du fion mal torchés ! Racailles ! Parisiens ! Dégagez ou je sors ma pétoire ! Tiens ! Je la sors ! (PAN !) Tu l’as eue dans l’cul celle-là ! Tu vas en chier toute la nuit enfoiré ! Dégagez ou je jette les grenades ! Tiens je les jette ! (BAOUM !) Vous z’aurez pas mon puits, fossoyeurs à purin ! Râclures ! Peaux d’zobis ! Vomis ! Erreurs de la nature ! Dégagez ou j’appelle les flics pour qu’ils ramassent à la cuillère les tripes de vos cadavres ! Exploiteurs ! Mous de tout ! La sécheresse ne passera pas par moi ! J’vais vous dézinguer! Sous-merde! Vampires ! DÉ-GA-GEZ !!! de chez moi !!!»

Pour Jeannot « Le merdeux », in vino veritas, c’est sûr, mais la vérité n’est-elle pas également au fond du puits ?chez od et moi puits jeannot

Le puits, « SON » puits. Voila bien un sujet qui titille le Jeannot et qui lui met facilement les nerfs à vif.

Alors, comme il en a pris l’habitude, il « vire les étrangers » à sa façon. Tout en nuance …

Le fait est, que sa propriété attire les envieux. Quand la canicule s’installe, comme en ce début d’été, ils sont nombreux à lorgner sur le bout du bout des champs de Jeannot, pour voir « au cas zoù », si le fameux puits, remplissait bien sa fonction première, à savoir fournir de l’eau, et si, Ô miracle ! ils ne pourraient pas se servir un peu.

Mais la bête humaine, ou le bête humain, vous choisissez, veille sur son « trésor », et plutôt deux fois qu’une.

Ce matin, comme il le fait de temps en temps, il lui a « rendu visite » et lui a … parlé:

«Salut mon grand, tu sais qu’je t’aime toi. Et je suis pas prêt d’te partager. C’est qu’il y en a là’d’dans !!! Ben ouais, y a des choses … tu t’souviens ?

Y a quand la Marinette et moi on n’avait pas de chiottes … c’était pratique de te filer toute la cargaison. Sauf que les vaches, à force de boire l’eau, elles tombaient malades.

Pi y avait les canettes qu’on te mettait au frais, fallait les essuyer un peu quand on lichait, mais on n’était pas bégueules.

Mais le mieux c’est le coup de mon pote Lucien. Tu te souviens du pote Lucien ? Mais si … avec Fernand on lui avait fait croire qu’au fond de toi y avait des billets de banque d’un cambriolage … qu’ y avait qu’à se pencher pour les voir !

Ben ça a pas loupé ! Un croche-patte, sans faire exprès, et HAAAAAAAAAA !!!!!!! qu’il a fait le Lucien.  CRAAAC ! PLOUF ! ça a fait !

Et avec le Fernand on rigolait pire que des baleines croisées avec des hyènes. On a crié : Hé Lucien ! T’as pied ? T’as touché les fonds ? Accroche-toi au seau de merde !!! Pi rien … y répondait pas.

Je sais pas si il est remonté un jour, mais on l’a jamais r’vu !

Et au bout d’une semaine, mes vaches semblaient bourrées. Son corps pourri devait distiller de la gnôle du père Léon …

Bon, c’est pas qu’il m’énervait le Lucien, mais c’était quand même bien fait pour lui. Il draguait ma femme, la Marinette. Paix à son âme la pov’fille !

Elle a voulu voir si on déconnait, ou si son prétendant de mes couilles, était bien clamsé dans l’puits.

Pi elle a fait HAAAAAAAA !!!!!  après qu’elle s’soit penchée …

Sans le vouloir, en nouant mes lacets de souliers je lui avais filé un coup de cul. Ça la envoyée valdinguer comme une poule à qui on a foutu un shoot de pied dans l’aile …

Tiens, tu permets ? j’te pisse un coup d’dans. C’est pas que je marque mon territoire, mais ces histoires, moi ça me retourne à chaque fois. Et dans ces cas là, j’ai la prostate qui m’cherche.

AHH ! putain ça fait du bien !

Bon, c’est pas qu’j’m’ennuie mon vieux puits, mais j’ai la dalle. J’ai le cassoulet qui mijote.

Je r’viens tantôt et tu sais quoi ? On se racontera l’histoire des scouts et des scouteuses qu’étaient v’nus camper sans me d’mander.

C’est quoi le bruit de dégeulis qu’tu fais ? On dirait qu’tu rotes de joie !!!??»

Comme cerner , à défaut de sa propriété, la personnalité de Jeannot Le Merdeux? Le mieux est sans doute de lire, ou relire, les premiers épisodes parus dans « Chez Audrey et moi », rubrique « Jeannot » !!!

 

 

 

 

Publicités

Jeannot « le merdeux » … et Baffie

Jeannot « le merdeux » … et son ordinateur

chez od et moi jeannotNote du rédacteur : Oreilles chastes S’abstenir ! Jeannot « le merdeux » , s’exprime avec un langage particulièrement fleuri. Jeannot c’est un « vieux de la vieille » version crado. Et sa solitude n’arrange rien. Veuf, il a aussi perdu ses amis, victimes très certainement d’abus de libations. Ce qui n’empêche pas Jeannot « le merdeux »  de perpétuer la lignée des vieux chieurs en milieu rural !

Laurent BAFFIE vs Jeannot « LE MERDEUX ».

Il ne peut en rester qu’un !!! EXCLUSIVITÉ A et M !!!

chez od et moi jeannot
JLM
chez od et moi jeannotBAFFIE_Laurent-24x30-2001
LB

LE COMBAT ULTIME !!!

On le savait : les deux hommes ne s’aiment guère.

Mais depuis peu, le mépris a laissé place à la haine. Rapide résumé de l’escalade vers les sommets du pire :

Laurent Baffie a dégainé le premier dans le quotidien « Crotte-Matin » :

« Le merdeux ? Ouais, j’ai lu le début de ses conneries dans « Chez Audrey et moi ». C’est juste un bouseux vulgaire. »

Jeannot « le merdeux » n’a pas tardé à répliquer dans Mediapack, le journal concurrent :

« Baffie ? Une tapette que je vais enculer avec ma fourche ouais !!! »

Les insultes ont ensuite été largement répandues dans les réseaux sociaux, comme des trainées de coke dans le nez.

Les pro-Baffie contre les pro-Jeannot, tous n’attendent plus qu’une chose : un affrontement direct entre le pédant urbain et le pétant rural, entre le chic et le chiotte !

Ne reculant devant rien, (ou peut-être des fois quand même …) « Chez Audrey et moi » a décidé d’organiser ce que certains plumitifs n’hésitent pas à qualifier de « Joute verbale du siècle ».

Ce que tout le monde attendait : LE COMBAT ULTIME ! BAFFIE VS LE MERDEUX !!!

En 10 et quelques rounds de questions, les adversaires vont tenter d’infliger un KO qui déshonorerait à vie le perdant et, c’est le pari, le condamnerait à porter un T-Shirt avec l’inscription « Je suis bonne » dans le dos, lors de la prochaine Gay Pride !!!

Le principe est simple : poser une question la plus conne possible à son adversaire, en évitant de copier.

Afin de parer les mauvais coups, les deux hommes s’affrontent par visioconférence, Baffie fumant le cigare dans son salon, Jeannot fumant sa saucisse dans la grange.

Vous avez compris ?

Ben moi non plus, donc c’est bon.

Baffie ayant remporté la totosse, c’est lui qui débute :

« Peut-on faire une demande en mariage pendant une tournante ? »

Jeannot, imperturbable rétorque :

« Et ma bite, c’est du Belge ? »

LB- Les gens qui ont Alzheimer se disent-ils bonjour le matin devant la glace ?

JLM- Et mon cul, c’est du poulet ?

LB- Est-il vraiment raisonnable de manger un cassoulet avant de faire un 69 ?

JLM- C’est quoi un 69 ?

LB- Comment dit-on « tout est bon dans le cochon » en arabe ?

Jeannot Le merdeux, visiblement fatigué, empoigne alors sa fiole de schnaps et après l’avoir descendue d’une lampée, rétorque :

« Quel jour qu’on est ? »

Baffie, impitoyable :

Merci à Laurent Baffie de nous coller un procès pour faire sa pub
Merci à Laurent Baffie de nous coller un procès pour faire sa pub

« Quelle est l’espérance de vie d’un démineur qui a le hoquet ?

JLM- J’en sais rien moi … combien ?

LB- Quand Zorro était de dos, Bernardo lui faisait-il des doigts d’honneur ?

JMM- Et mon cul c’est du poulet ? Merde, j’l’ai d’jà dit … euhh… 2 et 2 ?

LB- Est-ce que les sourds klaxonnent le jour de leur mariage ?

JLM- Où c’est qu’j’ai foutu ma bouteille de gnôle bordel de merde !?

LB- Si Claude François était vivant, aurait-il une voiture électrique ?

JLM- ♫Entendez-vous, dans nos campagneeuuuss ?♫

LB- Si un chirurgien esthétique refait le bec d’un canard, le volatile peut-il ressembler à une actrice ?

JLM- Tu dois sucer non, à Paris ? Enculé !

LB- Pourquoi Robespierre cul c’est pas drôle, alors que Danton cul c’est drôle ?

JLM- Hé Baffie tête de con, tu viens boire l’apéro ? J’invite

LB- (                   )

JLM- T’es sourd ? Tu te branles trop ?

LB- Non, mais comme je n’ai pas l’habitude qu’on m’invite, j’en reste coi.

JLM- T’as perdu andouille ! T’as pas répondu par une question !!!

C’est la fête dans la grange de Jeannot. Celui-ci flatte le cul de ses vaches en criant le seul refrain de supporters qu’il connaisse « Et 1 et 2 et 3 zéro !!! »  en enrichissant son chant de : « Baffie est un mange-merde ! Baffie est un mange-merde ! »

Et magnanime d’ajouter : « allez, viens quand même toquard, je te ferai goutter de la gnôle du père Léon … et je te montrerai mon puits »

Quel est donc ce mystérieux puits dont parle Jeannot « le merdeux » ?

Vous le saurez prochainement, en lisant : « Jeannot le merdeux » … et son puits !

A lire aussi: Jeannot « le merdeux » … et son ordinateur

 

 

Jeannot « le merdeux » … et son ordinateur

chez od et moi jeannotNote du rédacteur : Oreilles chastes S’abstenir ! Jeannot « le merdeux », dont c’est la première apparition dans « chez Audrey et moi », a un langage particulièrement fleuri. Jeannot c’est un « vieux de la vieille » version crado. Et sa solitude n’arrange rien. Veuf, il a aussi perdu ses amis, victimes très certainement d’abus de libations. Ce qui n’empêche pas Jeannot « le merdeux »  de perpétuer la lignée des vieux chieurs en milieu rural !

Salut, c’est Jeannot « le merdeux ». Jeannot rapport à mon vrai prénom. Jean.

Merdeux je sais pas pourquoi. Attends 2 secondes, je me gratte un peu … putain aujourd’hui j’ai le cul en feu, pas le feu au cul on est d’accord ? Je ne mange pas de ce truc là.

Ah ! Ouais, ça fait du bien ! Je sais plus ce que j’ai bouffé mais ça chlingue quand je pète et ça brule le fion.

Donc, qu’est-ce que tu disais ? Rien ? M’étonne pas. C’est comme mes meilleurs potes, ils ne me parlent plus.

Normal ils sont morts ! CCRRCCRR !!! OUUIINN !! SNIF !! Putain ! Je trinque à leur santé !

Ces salauds ! 70 ans ! Clamsés ! Alors je suis tout seul à faire des conneries maintenant.

L’autre jour, mes petits-enfants sont venus, rapport que ma fille elle voulait encore me tirer des sous.

Me piquer ma retraite des vieux.

Les  morveux m’ont dit : « Papy merdeux ! Papy merdeux ! Tu devrais acheter un ordinateur, comme ça on pourrait jouer dessus quand on vient et toi, tu te sentiras moins seul !

Ça m’a ému, alors je leur ai filé une taloche. Et j’ai répondu : « C’est pas des petits chiasseux qui vont faire la loi chez Jeannot « le merdeux » ! Merde pour l’ordinateur! »

Je sais, pas la peine de parler, je sais ce que vous pensez. Vous vous dites que ça fait beaucoup de merde pour pas grand-chose. Et les pauvres enfants ! Gna gni gna gna …

Comme je vous ai à la bonne, malgré certaines tronches improbables dans vos rangs, je change.

Donc :

Ça m’a ému, alors je leur ai donné une brioche. Et j’ai répondu : vous avez raison  de bien conseiller Papy merdeux ! Allez ! J’en achète un !

LA-MEN-TA-BLE !!! Si j’avais pas eu déjà aussi mal au trou de balle, je me serais foutu des coups de pied dedans.

Donc me voila avec un PC. Un ASUS. Ça me fait penser que la voisine ne m’a pas taillé une pipe depuis un bail. Quelle salope celle là ! Un jour je vous raconterai comment je l’ai déglinguée dans la cuisine pendant qu’elle nettoyait mon vomi de 3 jours.

Enfin bref, soyons pas vulgaires.

Mon ASUS, je l’utilise surtout pour écrire. J’envoie des lettres à mes enfoirés d’amis crevés.

Pas un qui répond ! Fumiers !

Une fois un malfaisant de fils du voisin s’est introduit chez moi en sonnant à la porte.

Tout fourbe tout fielleux, sapé comme un urbain, il me dit : « Tiens ! « le merdeux » ! Vous avez un ordinateur !? »

J’ai répondu : « Non, c’est une vache, vous venez pour la traite ? »

Après je lui ai refilé un café (du jus de mes chaussettes, rapport au fait que j’ai pas de filtres) et de la gnôle frelatée du père Léon, celle qu’on réserve aux touristes étrangers et aux Parisiens, c’est pareil. Moi j’ai bu de la mienne. Elle tire 70° et c’est du velours. je lui ai proposé :

« Ben, essayez-le donc ! »

Le mec s’est assis sur le tonneau en face de mon ASUS (des queues en enfer), il a regardé le clavier en faisant la moue et a commencé à « taper » d’un air dégouté.

Bon, je le comprends aussi. Sur et dans mon clavier, il y a « des choses ».

Des cendres de clops, des miettes, de la confiture, des poils, des rillettes, de la confiture …  Une fois j’ai même cru entendre des petits cris ! Comme s’il y avait des animaux dedans !

« Il y a un truc qui colle un peu non ? » Gémit le minet.

–  Ouais, c’est depuis que j’ai découvert Porntube.

–  C’est quoi ?

–  Non, laissez tomber …

Ensuite le beau gosse a gerbé sa gnôle en laissant son café, l’ingrat !

Après l’avoir un peu accompagné, laissé tomber mort saoul dans mon jardin et lui avoir craché dessus, juste pour rire un peu quoi, je me suis rentré.

J’ai flatté le cul de mon ordi, comme je le faisais avec feu Madame « le merdeux », et je lui ai dit :

« Allez mon gars, on va écrire ça aux copains ! »